Numéro 5Animaux domestiquesLes associations sans refuge, qu’est-ce que c’est ?

Gorete Neves15 octobre 202134 min

Chronologie

Nous sommes en 1977 et des empoisonnements massifs de chats errants sont effectués au cimetière Père-Lachaise et au Jardin des Plantes par les services d’hygiène de la préfecture de Paris, soulevant la révolte de ceux qui œuvrent pour protéger ces pauvres malheureux. Les rescapés, étaient quant à eux capturés, mis en fourrière et euthanasiés après le délai règlementaire.

Conscients que l’extermination des chats errants nourris au cimetière de Montmartre ne serait plus qu’une question de temps, leurs protecteurs et nourriciers alertent le photographe Michel Cambazard qui en compagnie d’une centaine de riverains, organise un soulèvement populaire et réussit à empêcher ce massacre !

Indigné par le sort réservé aux chats errants, il fonde le Comité de Défense des Bêtes Libres du 18e arrondissement.

La cause du chat errant émeut, anime et fédère et dans la foulée 130 autres associations sans refuge ouvrent un peu partout en France.

Mission

– Améliorer les conditions de vies de animaux vivant en liberté dans les campagnes et les villes.

– Assurer la protection, l’alimentation, la stérilisation, l’identification et suivi de ces chats. Lutter contre la prolifération et l’impact qu’elle aurait sur la biodiversité, tout en assurant une veille sanitaire.

– En raison des naissances anarchiques de chatons issus d’abandons sauvages de chats domestiqués qui se reproduisent, ces associations ont aussi comme mission de sociabiliser les chatons qui leur sont signalés, par leur placement en famille d’accueil.

La mission de ses familles est de soigner et sécuriser ces animaux de façon à les rendre aptes à être proposés à l’adoption et à intégrer un foyer aimant.

Le premier  “chat libre”

Le 18 juin 1989, le chat Nicolas, stérilisé, identifié AAA 0831 et relâché sur son territoire, le cimetière de Montmartre. Il est le premier chat libre de France.

Ce statut lui confère une protection ; Nicolas n’est plus un chat errant mais un chat libre sous la protection d’une association et obtient à ce titre « droit de cité ».

Depuis, à travers toute la France, des milliers de chats sont stérilisés et identifiés avec le statut “chat libre” et cela grâce au travail et au dévouement des bénévoles de ces désormais, milliers d’associations sans Refuge, qui dans l’ombre, font un travail indispensable d’intérêt général.

De nos jours

Plus de 3 200 associations sans refuge, travaillant par réseaux de familles d’accueil, existent un peu partout en France. Souvent situés dans des zones géographiques où il n’existe aucun autre type de structures, elles protègent chats, chiens ou NACS, mais aussi la biodiversité, en limitant l’impact de la prolifération des chats sur l’environnement, et sur la population, par la réduction des nuisances sanitaires que leur reproduction serait susceptible d’occasionner.

Pourtant, en janvier 2021 et contre toute attente, l’article 3 bis de la proposition de loi de lutte contre la maltraitance animale voté en 1ere lecture à l’Assemblée nationale, met en danger le travail de ces associations. En les privant de la possibilité d’avoir recourt aux familles d’accueil pour la convalescence des chats libres et la sociabilisation de ceux qui auraient une chance d’intégrer un foyer d’adoption, il met l’existence même de ces associations en péril.

Le 30 septembre, le Sénat, conscient de l’importance de préserver, soutenir, mais aussi réglementer ces associations, a voté des amendements dans ce sens.

Désormais, afin de trouver un consensus entre les propositions de l’Assemblée nationale et celles proposées par le Sénat, aura lieu le 21 octobre 2021, une commission mixte paritaire.

Composé de 7 Sénateurs et 7 Députés, elle devra, parmi de nombreux sujets extrêmement importants pour l’ensemble des acteurs de la protection animale, décider du sort qui sera réservé à près de 3 200 associations françaises sans refuge.

À l’instar de Michel Cambazard et des protecteurs et nourriciers des chats du cimetière de Montmartre, associations, bénévoles, familles d’accueil et amis des animaux, faites entendre vos voix et signez avec nous le manifeste du Collectif ESPOAr : espoar.org/sign-manifest

Soulevons-nous !

Nous comptons sur vous

+ posts

Responsable du Collectif Chat et Compagnie
Membre du Collectif ESPOAR

3 commentaires

  • Roberta Giovannini

    20 octobre 2021 à 8h04

    Amo gli animali

    Répondre

  • lasne julie

    18 octobre 2021 à 10h39

    Merci Gorete pour ton rôle d’information d’utilité publique tout terrain aussi important que ton rôle associatif sur le terrain des chats libres

    Répondre

  • Roberta Giovannini

    17 octobre 2021 à 10h16

    Love animals

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Copyright © 2021 Savoir Animal. Tous droits réservés.