ActualitésAnimaux sauvagesLe loup de Valberg

Jean Louis Chuilon18 mars 202114 min

Voilà la triste histoire d’un louveteau parti à la découverte du vaste monde.

D’une meute décimée dans les Alpes du sud, un louveteau est repéré, errant, dans le domaine skiable de Valberg.  Claudine, habitante de Valberg, qui a recueilli le louveteau alors âgé de six mois, a déclaré sur France Info  « C’était un bébé, il devait faire 10 kilos à tout casser. Il se nourrissait des gamelles des chats. On l’avait appelé Chance, parce qu’on s’est dit qu’avec nous, il avait eu la chance d’être sauvé. »

Photo : Roger Mathieu – groupe loup –FNE AURA

Capturé, il est équipé d’un collier GPS par l’OFB (l’Office Français de la Biodiversité) à des fins d’étude scientifique. Son parcours a donc été suivi, mais l’administration n’a pas, à ce jour, rendu publics ses trajets ni les conclusions de cette étude, hélas trop courte.

« Le 24 octobre, des habitants de la commune d_’Eygluy-Escoulin (Haute vallée de la Gervanne, Drôme)  filmaient à plusieurs reprises un loup le long de la départementale qui mène au village voisin de Beaufort-sur-Gervanne[1] ». En décembre, ce loup est repéré dans la même région du sud de la Drôme par des pièges photographiques posés par des chasseurs. La nouvelle se répand dans la région. Roger Mathieu, membre du « groupe loup » de FNE AURA[2], conseiller naturaliste auprès de notre association AOC (Alliance des Opposants à la Chasse) et auteur de nombreux ouvrages dont « les loups de France » que l’on peut gracieusement télécharger[3], reçoit des appels anonymes : « le loup de Valberg est mort » sans aucune autre précision.

Guère surprenant pour notre adhérent, qui suit les meutes de France depuis des années et connaît les ravages des nombreux braconnages sur cette espèce protégée au point d’inquiéter les spécialistes quant à la survie de celle-ci.

Le 22 janvier, Michel Castro, ancien berger sympathisant de plusieurs associations de protection de la nature, découvre le collier GPS déposé de manière anonyme sur sa boite aux lettres. Transmis à l’OFB Drôme, ce collier a permis toutes les identifications.

Photo : Michel Castro

Des éléments sont certains : après avoir parcouru des centaines de kilomètres, l’animal a trouvé la mort dans la vallée de la Gervanne, en Drôme provençale.

D’autres éléments sont troublants : après avoir été détaché de l’animal, neutralisation du collier puis dépôt de celui-ci chez un ami des associations de la nature, comme un message… ou une provocation.

Dans le compte-rendu de la réunion départementale loup, réunissant préfet, associations, politiques, etc, il est écrit que lors de l’évocation du « loup de Valberg » : «Jean-Louis Chuilon de FNE-FRAPNA Drôme, fait remarquer que les seules personnes autorisées à se déplacer pendant ce confinement étaient les chasseurs». Déclaration en effet troublante, même si elle n’est en rien une preuve, d’autant que les seules personnes connaissant la position du loup sont les responsables du suivi de l’animal à l’OFB et les chasseurs par leurs pièges photos.

Des journalistes de France 2 se sont rendus dans la Drôme et ont réalisé un reportage de quelques minutes, diffusé pendant le journal de la chaîne ce samedi 15 mars. Roger Mathieu y évoque le braconnage ; les éleveurs parlent de leur difficulté de cohabitation avec le prédateur et le président de la fédération de chasse de la Drôme, M Gandy, cherche à écarter la responsabilité des chasseurs dans cette affaire. Pour ce faire, il indique que le loup étant équipé d’un GPS, il est simple de connaître très précisément sa dernière position… En quoi cela prouverait-il que les chasseurs ne pourraient pas être impliqués ? Seraient-ils eux aussi équipés de GPS pouvant prouver qu’aucun d’eux ne se trouvait sur ce lieu en cet instant ?

Les journalistes ne concluent pas l’enquête et n’écartent aucune piste, dont celle de l’éleveur exaspéré.

Reste que le silence total de l’OFB locale, à ce jour, dans cette affaire, ne laisse pas présager de la transparence. Pourquoi ne pas communiquer sur le parcours du loup ? Pourquoi ne pas avoir signalé l’arrêt du signal ? Saura-t-on un jour quelle fut la triste fin de ce rare loup équipé pour mieux le connaître, seul survivant d’une meute des Alpes du sud ?

Nous nous rangeons à la plus plausible des hypothèses retenues par FNE AURA, compte tenu des éléments évoqués précédemment, dans l’attente d’un communiqué officiel de l’OFB : le loup de Valberg a été braconné dans la vallée de la Gervanne, en Drôme.


[1] Communiqué de FNE AURA

[2] FNE AURA : France Nature Environnement Auvergne Rhône Alpes

[3] Télécharger « les loups de France » 124 pages avec  80 liens documentaires

Il y a un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.