Bien-être animalActualitésBordeaux s’implique dans la stérilisation des chats errants

Francis Feytout12 avril 20214 min

“Un nombre important de chats errants vivent à Bordeaux. Laissés à eux-mêmes, ils pourraient devenir une nuisance et engendrer un risque sanitaire. La stérilisation apparaît comme la meilleure solution.” Voici en résumé, comment j’ai présenté lors du Conseil municipal de janvier la délibération pour la première campagne de stérilisation de chats errants de Bordeaux qui fut adopté à l’unanimité.

La stérilisation apparaît comme la meilleure solution. Je tiens cette phrase pour évidente, mais en réalité aujourd’hui encore, peu de collectivités pratiquent des campagnes de stérilisation. Nouveau en politique et fraîchement élu à la condition animale, voici un retour d’expérience sur l’organisation de cette campagne qui commencera le 15 avril 2021 et les projets pour l’accompagner.

Qui sont les partenaires ?

Il y a plusieurs catégories complémentaires d’associations de protection animales. Nationalement, les grandes associations peuvent fournir une aide juridique et le texte des conventions. Localement, il y a toujours une association de protection animale volontaire pour gérer la logistique et se charger de la stérilisation. Dans mon cas, c’est la Maison SPA de Bordeaux (MSPA), antenne locale de la Société Protectrice des Animaux nationale qui m’a proposé une convention que j’ai soumise aux services municipaux pour conseil et avis. Ils ont pu l‘étudier et en évaluer la faisabilité technique ainsi que les risques.

Cette première campagne concerne la capture, l’identification et la stérilisation de 30 chats errants. La subvention municipale est de 1500€, soit 50€ par individu opéré à hauteur de 50% du coût de la stérilisation. L‘exécution opérationnelle, la logistique et le suivi des opérations sont à la charge de la MSPA et de ses bénévoles.

La ville de Bordeaux prend ses responsabilités

M. le Maire a cosigné avec la directrice de la MSPA un courrier aux vétérinaires bordelais pour insister sur l’implication de la collectivité et les associer à notre démarche de protection animale.

Les chats seront identifiés et stérilisés au nom de la ville de Bordeaux. Au terme de leur convalescence, ils seront relâchés sur les lieux de leur capture pour devenir des “chats libres”. L’identification est un engagement pour la collectivité qui acquiert la responsabilité tant juridique que financière du groupe de chats libres. De ce fait, la ville choisit de prendre en charge la protection et le bien-être des animaux. Elle se porte garante du suivi vétérinaire et sanitaire de la colonie.

Au-delà d’une position philosophique, prendre ces chats sous la responsabilité de la commune permet de les inclure dans l’espace urbain et ajoute une notion d’urbanisme en plaçant la colonie dans la Cité, étape importante du retour de la nature en ville. C’est aussi reconnaître le rôle des acteurs de la collectivité, associations, nourrisseurs-soigneurs bénévoles et vétérinaires.

 Cette campagne est une première pour Bordeaux qui n’a pas d’expérience en la matière. Elle permettra d’identifier les difficultés et les facilités afin d’affiner le processus complet de gestion d’une colonie de chats libres. Pour être pérenne, ce processus doit être simple et reconnaître le rôle des partenaires.

Le statut de nourrisseur-soigneur

Parmi les points qui restent à travailler avec les acteurs locaux de la protection animale, le plus important à mon avis, concerne le statut de nourrisseur-soigneur. Le législateur ne s’est pas encore intéressé à ce rôle, il revient aux collectivités de le définir localement.

Les personnes qui prennent bénévolement le soin de s’occuper des chats errants le font dans la discrétion et l’illégalité. Car il est interdit de nourrir les animaux errants. En réservant ce statut au suivi des chats identifiés et stérilisés de la collectivité le nourrisseur deviendrait en toute légalité le référent officiel de la colonie de chats libres.

Une carte de nourrisseur-soigneur officiel lui serait attribuée. De personne isolée, le nourrisseur-soigneur serait alors reconnu et accompagné pour sa mission de service public. Il pourrait signaler les anomalies dans la colonie et intervenir dès l’arrivée de nouveaux chats pour aider à en retrouver le propriétaire, ou le cas échéant, l’ajouter au groupe après stérilisation et identification. Il aurait un accès aux soins vétérinaires facilité ainsi qu’un accès à la police municipale pour signaler les cas de maltraitance ou les disparitions.

Je gage que ce statut de référent intéresserait rapidement les nourrisseurs-soigneurs qui auraient tout intérêt à signaler leur groupe de chats errants pour en profiter. La présence d’animaux étant un facteur de réduction de stress, il pourrait sociabiliser les chats farouches tout en créant une atmosphère positive et empathique dans le voisinage. Les colonies étant progressivement identifiées, stérilisées et soignées, c’est donc l’ensemble de la collectivité qui en profiterait.

Francis Feytout
Autres articles

Conseiller municipal EE-LV délégué au respect du vivant et à la condition animale de Bordeaux

Membre de la commission condition animale de EE-LV et référant pour la région Nouvelle-Aquitaine

4 commentaires

  • catherine CANCLAUD

    22 avril 2021 à 10h25

    Bonjour, cela fait déjà plus d’une dizaine d’années que je nourris, capture et met en sécurité les chats errants de mon quartier (mon époux maintenant à la retraite me seconde car nous sommes tous deux bénévoles au sein d’un Refuge pour chats ). Dans ma résidence, sur le site de la Maison de Quartier – Bordeaux-Bastide – nous avons obtenu le feu vert mais autour et dans l’enceinte du Jardin Botanique c’est beaucoup plus compliqué. Nous devons sortir tard le soir, nous faire très discrets, subir les moqueries, les insultes (même les crachats) des personnes inciviles . Nous sommes “responsables” d’avoir introduit autour du Jardin Botanique des colonies de rats “plus gros que les chats” à cause de la nourriture que nous présentons aux chats errants. Nous avons eu un de nos chats empoisonné le 20 septembre dernier. Nous avons bien l’aval de la Direction du Jardin Botanique maintenant mais à condition de ne pas laisser de nourriture (les chats errants et sauvages ne viennent pas tous au devant de vous pour se nourrir mais mangent après votre départ – dans les premiers temps – ) Nous avons déjà capturé plus de 20 chats et s’ils ne sont pas décédés des suites de leur vie misérable sont maintenant en Famille d’Accueil ou adoptés définitivement. Nous n’avons jamais laissé tomber un de ces chats errants. Depuis une semaine nous ne donnons plus à manger à ces malheureux , sauf à une minette que nous avons pratiquement apprivoisée et qui a déjà été stérilisée et remise sur site voici plusieurs années par une autre association de protection animale. Monsieur le Maire, Monsieur FEYTOUT que devons-nous faire ? merci de prendre le temps de lire ce long commentaire,

    • Francis

      23 avril 2021 à 13h20

      Bonjour,
      J’ai bien reçu votre message, je reviendrai vers vous très rapidement pour organiser une rencontre.
      Merci pour votre implication, merci pour eux, merci pour vous.
      Belle journée

  • Caroline

    16 avril 2021 à 16h32

    C’est déjà un début bien que je trouve cela très timide, Monsieur Hurmic vous pouvez mieux faire, il va falloir prévoir un budget plus important. Donc c’est bien mais c’est pas assez 🙂 Nous attendons plus Monsieur Hurmic ne soyez pas frileux. Merci Francis pour ton action

    • Francis

      23 avril 2021 à 13h29

      Bonjour Caroline,
      Il s’agit surtout d’un début réaliste. La somme est effectivement faible et je suis prêt à faire plus !
      Ceci dit, et tout d’abord, cette campagne est proportionnée aux moyens des bénévoles de l’association.
      De plus, j’insiste sur ce point dans l’article, il s’agit d’une première pour Bordeaux et peut-être même nationale. Nous n’avons pas l’expérience suffisante pour gérer plus de chats sans risques pour leur bien-être. Je préfère commencer petit afin de résoudre les problèmes quand ils se présentent (et ils sont nombreux). Notre deuxième (et troisième, et quatrième, etc.) sera beaucoup plus ambitieuse et fédérera plusieurs associations !
      Belle journée,
      Francis

Les commentaires sont fermés.

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.