ActualitésAnimaux domestiquesLes élevages de taureaux destinés aux corridas au bord de l’extinction en Andalousie

Roger Lahana11 mars 20212 min

Nouvelle réjouissante venue d’Andalousie en Espagne : les élevages de taureaux destinés aux corridas sont au bord de l’extinction en raison de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques. C’est la chaîne de radio et télévision Canal Sur qui le rapporte dans l’un de ses reportages le 5 mars 2021. Que cette situation se produise dans une région aussi emblématique pour la tauromachie est un symbole fort. La fin de tels élevages signifierait mécaniquement la fin des corridas.

Lorsque l’on critique l’existence de tels élevages, les aficionados rétorquent que cela entraînerait également la disparition de la race des taureaux dits “de combat” – une expression que nous devons nous garder d’utiliser, car elle induit un déterminisme anthropocentrique qui ferait de ces bovins des animaux dont la destinée est de “combattre”. Dans la nature, il n’existe pas plus de taureau de combat qu’il n’y a de lapin guerrier ou de brebis d’assaut. Les bovins sont des ruminants qui ne sont les prédateurs d’aucun autre animal. Rien ne les prédestine à se battre, en dehors des parades sexuelles ou de la défense de leur territoire. La corrida n’est pas une création de la nature, elle est un divertissement cruel et artificiel, entièrement fabriqué par l’Homme, une série de trucages et de mensonges ayant pour but de conduire l’animal concerné jusqu’à la mort après une épouvantable agonie. Lorsque les élevages de ces taureaux destinés aux corridas finiront par disparaître, leur massacre ritualisé s’effondrera aussi.

Sans la pandémie, la saison des corridas débuterait en mars en Espagne. Pour la deuxième année consécutive, il n’y aura cependant aucune corrida ni autre type de spectacle avec ces animaux. Les éleveurs de taureaux destinés aux corridas se plaignent que le secteur est au bord de l’extinction. Ils ont des dettes qui se sont multipliées pendant un an, sans avoir de revenus. La situation, disent-ils, n’est pas viable. Ils demandent des aides financières pour parvenir à maintenir leurs élevages. Or, ils font partie d’un secteur d’activité pour lequel il n’y a pas eu d’ERTE (Expediente de Regulación Temporal de Empleo, aide temporaire à l’emploi). Bien que les taureaux ne soient pas vendus et que les éleveurs ne facturent rien, ils sont obligés d’entretenir leur bétail et de disposer du personnel nécessaire à leur exploitation. Les pertes en 2020 de la filière andalouse des taureaux destinés aux corridas ont dépassé 31 millions d’euros. Cette situation a conduit 20% des élevages de la région à la faillite, ce qui a eu pour conséquence directe l’envoi de la totalité des troupeaux à l’abattoir. Les éleveurs d’Andalousie se sont réunis en une plate-forme commune pour demander des aides financières. Si la situation perdure, ils pensent que ce sera la fin des élevages de ce genre. L’argument mis en avant est particulièrement spécieux et mensonger : selon eux, cela permettrait d’éviter l’abattage des animaux. La réalité, c’est que cela aurait été de toute façon leur destin, comme cela est le cas pour tous les animaux d’élevage. Au moins ceux-là ont-ils échappé à la torture finale qu’ils subissent lorsqu’ils se retrouvent dans une arène. Hors crise sanitaire, environ 95% des taureaux d’un élevage de ce type partent à l’abattoir et seuls 5% sont sélectionnés pour aller agoniser dans une arène avant que leur corps soit également envoyé à la boucherie. Inutile de tenter de nous culpabiliser avec le prétendu risque d’extinction de la race des « taureaux de combats » si les élevages font faillite : dans tous les cas de figure, ces animaux sont envoyés à la mort.

Roger Lahana
Site Web | Autres articles

Président de No Corrida
Secrétaire fédéral de la FLAC (Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas)
Référent pour la France du Réseau International contre la Tauromachie
Membre plénier de la World Federation for Animals

3 commentaires

  • Nina Carlotto

    17 mars 2021 à 19h56

    Les éleveurs de taureaux font faillite ? Ce n’est pas moi qui les plains ! Et vive l’abolition des corridas ! Il serait d’ailleurs temps !

  • VICTOR

    15 mars 2021 à 20h01

    Super article
    Bravo

  • Miguel

    14 mars 2021 à 15h07

    Eh bien tant mieux que cette pratique barbare disparaisse ! Maintenant il convient de s”interroger de comment faire pour réduire la souffrance animale de toutes ces bêtes qui finissent dans nos assiettes. De prime abord c’est l’élevage qui ne doit plus se faire sur un mode industriel. Nous devons réduire sensiblement notre consommation de viande pour développer un élevage sain, de bonne qualité et de bonne qualité de vie pour les animaux (nourriture, soin, espace etc…) Viens ensuite la question de l’abattage sans se voiler la face car cette étape arrive finalement, l’humanité ne va pas devenir végétarienne demain. Il faut beaucoup plus de moyens humains avec une bonne formation du personnel, des outils performants ainsi que des locaux adaptés dans les abattoirs donc des décisions politiques importantes à prendre.

Les commentaires sont fermés.

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.