Numéro 10Animaux domestiquesMon Barth, ma boule de misère !

Béatrice Canel-Depitre16 janvier 2023184 min

Mon Barth, tu es parti juste douze jours avant tes 15 ans dans les étoiles et j’ai le cœur qui saigne. Je suis allée te chercher à la SPA du Havre, tu avais 6 ans et demi mais déjà une longue histoire derrière toi. Tu étais perdu, abandonné pour la deuxième fois, et sur la défensive. Tu hurlais à la mort le jour et même la nuit au début puis ces hurlements se sont transformés en aboiement. Tu t’adressais à moi comme pour me parler.

J’ai pu retracer ton histoire à partir de ton passeport européen belge et de ton historique médical. Il y a de fortes chances que tu proviennes d’un élevage en batterie d’un pays d’Europe de l’Est ; à quelques semaines, comme tes frères et sœurs, non sevrés, tu as été arraché à ta mère transformée en machine à reproduire. Entassé dans des caisses avec d’autres chiots, tu as été transporté pendant plusieurs jours en camions, souffrant de la soif et de la faim. Bon nombre d’entre vous tombèrent malades ; 4 chiots sur dix meurent avant leur arrivée en animalerie mais toi, mon Barth, tu étais solide et avais l’envie de vivre.

Des vétérinaires servent de caution et blanchissent ce trafic extrêmement lucratif. La réglementation française interdit l’importation de chatons et de chiots d’origine hongroise, tchèque ou polonaise, mais la législation belge, beaucoup moins contraignante, autorise l’entrée de ces animaux dès l’âge de 7 semaines. Vaccinés et dotés d’un carnet de santé belge dès leur arrivée, les animaux deviennent des ressortissants de l’UE et peuvent aussitôt entrer en France le plus facilement du monde. Ils développeront des problèmes comportementaux parfois très graves – morsures, syndromes de privation, hyper-attachement mais toi, tu t’es défendu contre l’adversité, tout seul, tout en étant dans la dissonance cognitive, un amour de chien avec une volonté farouche de se défendre, ça t’a rendu malheureux, déprimé.

Séparé trop tôt de ta mère, tu as été exposé dans une vitrine comme un simple objet inerte alors que tu avais besoin de rester au contact de ta mère, les deux premiers mois de ta vie, pour être socialisé. Tout cela t’a été refusé car c’est tellement lucratif un joli petit chiot derrière sa vitrine. J’ai compris très vite pourquoi derrière des carreaux tu montrais les crocs de manière si agressive, cela te rappelait des flashs de ton existence antérieure. Des inconscients devaient taper sur la vitre et s’amuser de ce chiot qui tentait de se défendre. Tu as survécu dans ce monde cruel, en tentant de te protéger seul contre l’infortune.

Tu as donc été acheté en animalerie et tu as habité Pont-Audemer sur un grand terrain avec d’autres animaux mais qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi tes “propriétaires” ne t’ont-ils pas gardé ? Un animal doit être soumis et se conformer au diktat de l’humain et ne surtout pas avoir d’état d’esprit. Les humains ne sont pas tendres et ne supportent pas le moindre problème avec un animal et à 18 mois, tes “maîtres” se sont séparés de toi, un nouveau traumatisme pour toi qui ne pouvait qu’aggraver ton malheur.

Tes deuxièmes “maîtres”, à Epouville, t’ont gardé jusqu’à tes 6,5 ans, une nouvelle déchirure. Sur ton dossier médical, ils se plaignaient que tu hurlais la nuit et semblaient même se méfier de toi. Tu n’étais pourtant pas un méchant chien mais tu avais ton caractère, ils ne l’ont pas compris. Je n’attendais pas ta soumission totale, je t’ai accepté tel que tu étais et j’ai essayé de te comprendre. Tu aimais nous donner ta patte pour te rassurer et appréciais les caresses.

Tu es arrivé à Sainte-Adresse et nous avons vécu plus de 8 années avec toi ; je sais que tu as appris à me faire une confiance absolue. Je pouvais mettre mes mains dans ta gamelle quand tu mangeais car tu savais bien que c’était pour t’aider à regrouper tes croquettes. Je n’ai pas eu peur de toi et tu n’avais pas peur de moi, nos rapports étaient basés sur la confiance. Dès ton arrivée, tu as su que c’était nous et quand tu as fugué et suivi deux chiennes et leur maîtresse, on nous a téléphoné. La dame t’avait attaché à un arbre dans son jardin pour te protéger, tu aboyais et quand nous sommes arrivés te délivrer, tu étais heureux car bien que l’on ne se connaissait pas encore très bien, tu nous as reconnu comme tes sauveurs.

Et puis, tu as apprécié notre campagne, à Allas-Bocage en Charente-Maritime, où tu as accepté facilement qu’on n’ait pas de clôture en respectant les limites virtuelles de ton nouveau territoire. Tu as quand même fugué deux fois quand une jolie petite chienne est venue te chercher pour partir dans les champs avec toi. J’ai pleuré, croyant ne plus te revoir, mais après avoir parcouru toute la campagne en voiture pour te retrouver, à minuit nous avons pu te récupérer avec ton amoureuse que nous avons ramenée avec toi à la maison jusqu’au lendemain où son maître est venu la chercher.

Et puis, il y a eu cette autre fois où tu es parti deux jours en nous laissant dans l’inquiétude ; quand tu es revenu, tu semblais tout content, tu avais dû dormir avec les chèvres d’un voisin car l’odeur ne nous trompait pas ; je sais que tu as eu des moments de plaisir avec nous et j’espère qu’on a adouci tes tourments. J’ai beaucoup de chagrin mais j’espère t’avoir donné un peu de douceur sur cette planète où les humains n’ont pas compris le mal qu’on t’avait fait.

Tu t’es battu contre la méchanceté humaine, qui a décidé de faire se reproduire ta mère pour engendrer un malheureux. Tu savais que je ne t’abandonnerai jamais, que je serai toujours là même si tu as gardé en toi ta souffrance et ton anxiété. Je sais que je n’ai pas pu panser toutes tes plaies, consoler ta douleur mais je ne t’ai pas empêché de la manifester par tes plaintes. Repose en paix !


Béatrice Canel-Depitre
Site Web | Autres articles

Essayiste
Déléguée du Parti animaliste du Nord-Ouest
Correspondante du Parti animaliste de Seine-Maritime

18 commentaires

  • Yann Dibout

    23 janvier 2023 à 21h01

    Bravo à vous et trop merci pour lui.
    Votre perte est cruelle mais c’est notre prix à payer pour ce merveilleux don de leur amour.
    Le moment venu je vous en prie sauvez en un autre

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h06

      Merci Yann !
      J’ai encore trop de chagrin aujourd’hui pour envisager le remplacer.

      Répondre

  • Blanchon

    23 janvier 2023 à 19h30

    Bon courage à vous. Loulou Barth est au pays des étoiles comme ma petite chienne aussi partie au paradis des animaux, après un élevage intensif dans les pays de l’est et en Seine-et-Marne. Le type a d’ailleurs fini en prison.

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h09

      Merci ! Je pense que ces élevages intensifs nous envahissent et font de l’argent sur des êtres innocents. Nous les récupérons en piètre état à la SPA et ils n’ont plus que nous pour les secourir.

      Répondre

  • Claudia De broucker

    23 janvier 2023 à 19h16

    Très Chère, je vous souhaite les meilleurs souvenirs de votre Barth bien aimé.. J’ai été très sensible à votre cri d’amour envers votre amis de coeur qui faisais partie à part entière de la famille. Je souhaiterais soulever quelques points dans votre narration qui n’est pas juste par rapport aux chiens venus de l’est et accueillis en Belgique. Ce que vous dite est totalement faux. En Belgique la loi interdit la vente de chiens venus par fes filières clandestines. Malheureusement des vétérinaires véreux cela existe partout. Je vous signale qu’en Belgique la loi interdit toutes ventes ou donations de quelques animaux que se soit sur site internet! Ce qui n’est pas le cas en France.

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h17

      Merci Claudia pour votre rectification. Certainement que, comme vous dites des vétérinaires véreux existent partout et, bien sûr que la même filière peut se retrouver en France. D’autant plus que je vous suis sur votre raisonnement, la France est loin d’être un modèle en matière de loi de protection animale et notamment, comme vous le signalez, sur les ventes ou donations d’animaux sur Internet !

      Répondre

  • Roux

    23 janvier 2023 à 19h02

    Très beau témoignage….
    J’ai eu 2 Labradors dont 1 qui était chez une amie…mais pas vraiment heureux….Avec moi il a été jusqu’à ses 15 ans…le 2 ieme, venant du refuge avec comme Barth…..un drôle de début de vie…..il m’a quitté à ses 14 ans….mes 2 chiens se sont éteint paisiblement chez moi, dans leur petit confort ….
    Que Barth repose en paix.

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h20

      Nous sommes nombreux à adopter des compagnons qui ont une souffrance intérieure qu’ils n’arrivent pas à nous exprimer mais l’amour qu’on leur apporte est un réconfort inestimable !

      Répondre

  • Claire

    22 janvier 2023 à 19h20

    Béatrice, ton hommage à Barth est poignant et émouvant. Il résume, malheureusement, le parcours chaotique et traumatisant de nombreux chiens. Les “chiens objets” dont on se sépare à la 1ere “difficulté” ou occasion et qu’on casse sans scrupule. Merci à toi et à Gégé d’avoir redonner un sens à sa vie, de l’avoir entouré d’amour et de lui avoir instauré une relation de confiance. Barth était un super chien plein d’énergie, et d’amour. Il veille sur vous à présent 💞

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h23

      Merci ma Claire ! Toi et Nono qui l’avaient connu, vous savez que c’était un gentil chien, un peu envahissant parfois, malheureux beaucoup mais tellement attachant !

      Répondre

  • cailin

    22 janvier 2023 à 16h51

    Que dire qu’elle misère ts ces chiens laissés pour compte
    Folle de la race beauceronne
    Il m.en reste 2 (mâles) 12 ans et demi et 10 ans et demi pour en avoir posséder 11 en majorité Mâle Des adoptés qui sont tellement différents
    Le dernier adopté refuge gennevillier à 7 ans 34 kgs A tout simplement pris 1 kgs par semaine comme un chiot
    Il possède 1 seul oeil
    Je fut la troisième adoption en 1 année au refuge
    il a fallut décoder observer En retraite de éducateur comportementaliste à ce jour cela s.imposait d’avantage
    A vraisemblablement vécu en cage ou enfermé de eau réduite pour tenir plus longtemps enfermé Il lui reste des reflex !!
    Ai pris mes 12 ans passé Ai pu cohabiter avec 6 chiens 🐕 🐕 🐕 🐕 🐕 🐕 Ma maîtresse a encore à l’esprit ce chien qui ne ce posait pas terriblement anxieux qui pouvait impressionner
    Adopté c’est tellement différent !!
    Si les gens savaient
    Espère encore de garder le plus longtemps possible
    Mon GARDE A VOUS mon doudou mon tout
    Ta maîtresse

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h27

      Merci et bravo pour votre beau témoignage de compréhension de ces amours qui sont tordus par l’humain qui ne désire que faire de l’argent avec ces êtres sensibles. Heureusement que vous êtes là pour eux pour adoucir leurs plaies !

      Répondre

  • Louvet Gauthier

    21 janvier 2023 à 16h53

    Merci pour ce témoignage qui, en exposant l’amour inconditionnel de personnes attentionnées envers un animal innocent, nous fait un temps oublier les histoires sordides qui circulent quotidiennement sur le net.

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h35

      Merci Gauthier ! L’amour que j’ai reçu de mon Barth et avant de mon Nash et que je leur ai donné me donne de l’espoir pour notre vie sur cette terre.

      Répondre

  • Viltet V.

    19 janvier 2023 à 18h32

    Quel beau témoignage à l’attention de ce compagnon de vie ! Heureusement, tous ne connaissent pas le même sort et malheureusement d’autres n’ont pas cette chance que leur mauvais départ puisse se transformer pour enfin vivre sereinement. Barth, dans son malheur, a eu la chance de trouver une famille aimante et il a su rendre l’attachement qu’on lui portait. C’est un bel honneur pour lui de le faire survivre aux yeux des lecteurs. Bon vent à Barth …..

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h44

      Merci Valérie ! Comme tu dis, il y a tellement de malheureux qui sont avec leur souffrance sans personne pour la comprendre et l’apaiser. A travers l’histoire de mon Barth, j’espère que d’autres comprendront que leur compagnon ne sait pas communiquer sa misère qui est bien réelle et la manifeste d’une manière qui n’est pas évidente pour un humain.

      Répondre

  • Jean-Luc Dené

    19 janvier 2023 à 18h10

    C’est un touchant témoignage qui montre toute l’affectation et toute l’empathie que nous pouvons éprouver pour un animal, véritable compagnon de vie, qui s’attache à ceux qui le respectent et essayent de le comprendre, comme nous pouvons nous attacher à lui.

    Répondre

    • Béatrice Canel-Depitre

      24 janvier 2023 à 22h52

      Merci Jean-Luc ! La relation entre nous et notre chien est très forte, je pense qu’il nous comprend davantage que nous le comprenons. Mon Barth, tout comme mon Nash précédemment, avaient un regard qui montrait la limpidité de leur sentiment sans aucune tricherie. Et c’est inestimable !

      Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.