ActualitésAnimaux domestiquesStand Up For Tunisia Animals Voice

Collectif Tunisia Animals Voice23 décembre 202110 min

Après avoir interpellé les députés du Parlement tunisien, le Collectif Tunisia Animals Voice lance un plaidoyer dans une lettre adressée au Président de la République tunisienne.

Ce collectif qui s’est formé il y a tout juste un an, est composé de 8 femmes de différentes nationalités (Tunisie, France, Italie, Suisse), activistes, défenseuses de la cause animale et bénévoles.

Engagées depuis plusieurs années dans cette cause, elles agissent dans leurs pays respectifs mais aussi en Tunisie.

Cette union a pris naissance au travers du groupe public Facebook, du même nom, qui a pour objectifs de sensibiliser, informer et dénoncer les mauvais traitements faits aux animaux et œuvre  depuis plus d’un an avec un cap, celui d’obtenir de meilleures lois pour les animaux en faisant pression sur les autorités  politiques .

Il faut savoir que dans le Code Pénal tunisien, il n’existe aucune loi pour protéger les animaux errants et les autres espèces. Les associations de protection animale et les propriétaires d’animaux ne peuvent qu’invoquer l’article 317 du Code Pénal (articles 25 et 26) d’un décret datant du 15 décembre 1896, qui prévoit 15 jours d’emprisonnement et une amende de 4,80 dinars (1,50 euros) pour ceux qui exercent un mauvais traitement envers les animaux domestiques. Ce qui est loin d’être dissuasif.

Une première pétition, qui a obtenu à ce jour 46.033  signatures et demandant des amendements à cette loi, a été remise le 14 juin 2021 à Monsieur le Député Farès BLEL qui les soutient dans cette démarche et qui a travaillé sur le projet, avec son équipe, durant toute cette année 2021.

Cette pétition a été partagée, signée, et soutenue très largement à l’international.

La date du 4 octobre avait été avancée, par ce dernier, pour le dépôt à l’Assemblée des Représentants du Peuple qui  débat et vote les lois. Mais, suite au gel du Parlement par le Président de la République, le 25 juillet, les espoirs de voir cette loi mise à l’ordre du jour, se sont envolés.

S’inspirer d’autres pays et unir leurs forces et leur détermination à faire bouger les lignes en exerçant une pression sur le Gouvernement…

Les députés n’ayant plus le pouvoir de décision, il n’existait qu’une issue :  se tourner vers l’Autorité décisionnelle qui est le Président. Le Collectif garde l’espoir que rien n’est figé et espère voir les choses évoluer. Il est persuadé que, sur ce volet aussi, la Tunisie doit et peut se hisser au niveau des grandes nations, à l’image d’autres pays qui avancent dans la Cause animale. Ne dit-on pas que là où il y a la volonté, il y a un chemin ? 

Les campagnes de lutte contre la rage 

Le programme national de lutte contre la rage a démarré en 1982. Des campagnes nationales de vaccination gratuite sont  organisées par le Ministère de l’Agriculture sur tout le territoire.  Elles se déroulent, généralement de novembre à janvier de chaque année,  mais  malheureusement, seuls les animaux ayant un propriétaire en bénéficient.

Pourtant, après toutes ces années où la Tunisie a pu acquérir une expérience en la matière, la rage y est toujours endémique. Même si la mortalité a diminué  (5 cas pour l’année 2021) la Tunisie n’arrive toujours pas à l’éradiquer.

La peur est là, et la population des chiens errants continue à s’amplifier. Les chiens, formant des meutes, occupent les territoires dans les secteurs où ils peuvent trouver leur subsistance. Ces regroupements effraient les habitants et sous la pression des citoyens, les municipalités lancent régulièrement des campagnes d’abattages. Les lendemains de ces opérations, les Tunisiens dont des enfants affrontent l’effroyable vision  des cadavres de chiens, baignant dans des flaques de sang, le triste spectacle des chiots errants autour du corps de leur mère agonisante ainsi que  celle des chiens blessés criant de douleur.

Une Société en péril ?

Et les enfants dans tout ça ? 

Cette terrible vision de créatures vivantes suppliciées par des adultes et ne faisant pas cas de cette souffrance nous interroge. Les enfants se rendant à l’école pour recevoir un enseignement où les valeurs de notre société sont présentes, en sortiront-ils indemnes ?

Nous ne le pensons pas !

Un enfant, que retiendra-t-il  de ces injonctions contradictoires ? Comment leur expliquer cette situation ? Quels mots utiliser pour expliquer et cautionner de tels agissements ?

Nous en doutons  !

La société et les adultes ne sont-ils pas censés les protéger ? Ces êtres en devenir qui seront demain aux commandes de notre société pourront-ils prôner des valeurs humanistes ?                                                                                   

Nous sommes déficitaires !

C’est pourquoi il y a urgence à agir. Il est encore temps de réparer les bases de notre société avant qu’il ne soit trop tard et c’est maintenant qu’il faut s’y atteler pour espérer un changement de mentalité.

Nous en sommes capables !

Des sursauts d’humanité…

Et pourtant, dans toute cette noirceur surgissent des lueurs d’humanité et de compassion. Nous nous surprenons à croire que rien n’est jamais perdu , que la pression des bénévoles et des activistes porte ses fruits puisque certaines municipalités ont décidé de recourir à une gestion humaine en ouvrant des centres de stérilisation et vaccination. Aidés des bénévoles et des vétérinaires, elles appliquent la méthode TNR (Trap-Neuter-Release), la seule stratégie qui fonctionne et qui est recommandée par l’OMS et l’OIE. Malheureusement, par défaut de politique globale,  sans une réelle volonté politique , ces initiatives isolées seront soumises à la bonne volonté des dirigeants et faute d’une décision prise en haut lieu, ces pratiques continueront.

Situation animale en Tunisie

Outre, ces tueries, la situation est innommable de cruauté !

  • Chiens attachés toute leur vie à un mètre de corde, pratiquement sans eau ni nourriture;
  • Bébés chats et chiens jetés dans la rue ou, pire encore, dans les poubelles;
  • D’autres, errants, livrés à eux-mêmes, affamés et malades;
  • Animaux accidentés et non secourus durant des jours, agonisant au bord des routes;
  • Animaux en état de décomposition dans les rues;
  • Combats de chiens organisés par de jeunes adolescents, avec les dégâts psychologiques induits par ce genre de pratiques;
  • Animaux attachés devant les boucheries attendant leur mort avec leurs congénères suspendus à des crochets ;
  • Maltraitances, tortures en tous genres.

Partant de ce constat, le Collectif Tunisia Animals Voice vient de lancer un SOS au Président de la République tunisienne, Kaïs SAÏED. Il demande que les êtres sensibles que sont les enfants et les animaux soient mis sous la protection de l’Etat.

Deux angles d’argumentaire pour protéger les individus vulnérables que sont les enfants et les animaux

  • S’appuyant sur la thèse  que cette violence envers les animaux a un impact sur la construction psychique de l’enfant,.

« Il existe donc des relations de cause à effet entre des expériences de cruautés et de violences subies ou vécues durant l’enfance, et des comportements ultérieurs violents et cruels, comme si existaient des sortes de cicatrices neuronales souvent indélébiles », comme le déclare Jean-Claude NOUËT, ancien Président de la Fondation Ligue française des droits de l’animal, médecin, biologiste, Professeur des universités, vice-doyen honoraire de la faculté de médecine Pitié-Salpêtrière.

  • Et, reprenant le concept défendu par  l’ONG European Link Coalition, dont l’objectif est de protéger l’enfant soumis à la violence infligée aux animaux

« Il s’agit de protéger l’enfant en protégeant l’animal ». Cette organisation, éléments d’enquêtes à l’appui, a interpellé au mois de mai 2021, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU afin qu’il demande au Gouvernement tunisien de répondre à la question sur le traumatisme que représente, pour les enfants, la vision de l’abattage des chiens errants, sa réponse a fait l’objet d’un rapport avec des recommandations, le 1er juin 2021. L’UNICEF Tunisie peut donc être appelée à y répondre si ces recommandations sont ignorées.

Le Collectif en appelle au Président:

  • Pour mettre fin aux abattages par une décision gouvernementale pour la mise des animaux des rues sous la responsabilité des Municipalités, en généralisant la méthode TNR à travers toute la Tunisie;
  • Pour promulguer une loi de protection animale, seul moyen de protéger les animaux et les enfants ;
  • Pour obliger, voire inciter les propriétaires, à stériliser et vacciner leurs animaux de compagnie ;
  • Pour instaurer une éducation éthique animale en introduisant la notion de respect des animaux dans les programmes scolaires. Car, comme l’a dit Caroline EARLE WHITE (Pionnière du bien-être animal aux états Unis) : « Apprenez à un enfant à ne pas être cruel avec les animaux et vous lui apprendrez l’un des principes de base de la condition humaine ».

Un appel au soutien à la Protection Animale Tunisienne et Internationale

ONE VOICE a été la première association à réagir et à répondre à la demande du Collectif, par la co-signature de la lettre qui sera portée, courant décembre 2021, au Palais Présidentiel.

Depuis, d’autres associations ont suivi et ont signé cette lettre :

Les Associations tunisiennes:

Yasmine Azzaiez Rescue, Second Chance Hammamet et Agapé Chiens et Chats;

Les Association françaises:

Stéphane LAMART, SNDA et Pattes et Tic;

l’ONG European Link Coalition;

PETA France

Association italienne :

l’association italienne OIPA

D’autres ont manifesté leur soutien par la signature de la pétition, lançée fin octobre et qui totalise , à ce jour, 40.812 signatures à travers le monde :

La Fondation Brigitte Bardot qui a partagé sur tous ses réseaux sociaux un appel à signer.

Monsieur Peter EGAN (Acteur et Activiste Britannique)

Association de Protection des Animaux de Tunisie – PAT,

Association Protectrice des Animaux – SFAX

Association Animal Lives Matter

Association RPA- Sousse

Association Borj El – Jahmi – Soleiman

Association L’Arca di Noé in Tunisia

Association Stéphane Florange (Suisse)

Le chemin sera long et difficile, mais le Collectif entend bien poursuivre sur cette voie jusqu’à ce que la voix des animaux de Tunisie soit enfin entendue.

Pétition : Stand Up For Tunisia Animals Voice , Urgence Maltraitance Animale En Tunisie (mesopinions.com)

Collectif Tunisia Animals Voice
Autres articles

3 commentaires

  • Godard

    24 décembre 2021 à 19h59

    animals have a heart and a soul.All creatures must be treated with compassion and respect.
    Stop tortures ans bad treatments.

  • Darel

    23 décembre 2021 à 18h42

    Je ne comprends pas cette cruauté !!Darrl

  • Vauché

    23 décembre 2021 à 16h54

    ÉVEIL DE CONSCIENCE

Les commentaires sont fermés.

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.