Numéro 4Animaux sauvagesQuestion à Jacques Baillon : Pourquoi le loup ?

Savoir Animal15 juillet 20215 min

C’est une question qui m’est souvent posée. En fait, mon intérêt pour cette espèce animale remonte aux années 1980, on voit que ce n’est pas d’hier ! A l’époque, on ne parlait pas de loups, à part dans le Petit Chaperon Rouge, je fréquentais beaucoup la forêt d’Orléans où avec quelques amis nous marchions au petit matin sur les traces du cerf pour y satisfaire notre goût pour la photographie animalière.

Dans cette forêt, la plus grande forêt domaniale de France, outre les cervidés, sangliers, rapaces, on rencontrait aussi une grande variété de personnages du terroir parfois pittoresques : les forestiers, bien sûr, quelques rares naturalistes, des chasseurs de vipères, des « anciens » broussailleux comme on les appelait, habitants des villages environnants, souvent collectionneurs de mues de cerfs, parfois un tantinet braconniers, habitués réguliers des chasses à courre dans une forêt où venaient chasser les rois de France et où le loup, avait écrit un célèbre historien de la forêt fut « de tout temps l’animal que l’on chassa le plus ».

Le cerf, disaient les chasseurs, n’est plus aujourd’hui limité en nombre par les prédateurs et peuvent abimer la forêt et il faut les « réguler ». C’est à partir de ces propos dont je ne savais pas trop s’il fallait les partager ou pas, que l’idée m’est venue de tenter de comprendre comment cela se passait, entre cerfs, humains et carnivores, quand il y avait encore des loups…

Mon aventure avec le loup a commencé là, d’abord dans les ouvrages des érudits locaux, puis dans les archives, avec une difficulté : les archives du Loiret, brulées lors de la dernière guerre, avaient en grande partie disparu. Il n’y avait, à l’époque que quelques personnes, en France, qui s’intéressaient aux loups, dont Gérard Ménatory le fondateur du premier « parc à loups » en Lozère, et deux historiens : Claude André Fougeyrollas dans les deux-Sèvres qui  me céda une abondante et hétéroclite documentation sur le « fauve » dont il n’avait plus besoin et un historien berrichon : Daniel Bernard auteur, entre autres, de  L’Homme et le loup  et de La fin des loups en bas Berry. C’est lui qui me mit en marche sur la voie du loup  en m’encourageant avec ses conseils et ses suggestions en me donnant de précieuses indications sur les « séries » contenant des informations sur le loup qu’il fallait absolument consulter aux Archives nationales.

Parallèlement à ces recherches d’archives, la presse locale accepta de publier une sorte de questionnaire que j’avais concocté sur le « souvenir des loups » transmis de bouche à oreille chez les anciens et dans les familles. Je reçus à ma grande surprise autour de 150 lettres qui m’encouragèrent à poursuivre la quête : le loup avait bien été présent, dans notre région, jusqu’au début du vingtième siècle et les grands-mères les plus âgées s’en souvenaient encore.

Toute cette documentation accumulée me permit de produire, en 1990, un gros bouquin, maladroitement réalisé (l’informatique n’en était qu’à ses balbutiements) Nos derniers loups . Ce pavé un peu indigeste de quelques 400 pages, tiré à I000 exemplaires, fut, à ma grande surprise, épuisé en un mois et il fallut faire un second tirage. J’ai envie, ici , de rendre hommage à Melle Marais une retraitée du secteur social au dévouement sans limite qui assura inlassablement l’expédition des livres et la comptabilité des ventes ! Les fonds récoltés allèrent à ma demande à l’association des Naturalistes Orléanais et les bénéfices de la vente de cet ouvrage servirent à gonfler la cagnotte de l’association qui s’en servit pour constituer l’apport personnel de la première « Maison de la Nature » d’Orléans.

Entre temps (1992) le loup commença à se réinstaller en France (dans le Mercantour, d’abord) et je fis alors naturellement partie à partir de 1993, du petit groupe de personnes (le « Groupe Loup France) qui s’y intéressa dans un cadre associatif . Cette activité militante durera jusqu’en 2004  avec quelques moments forts : la fusion avec l’association « ARTUS », dirigée par un ami, Roland Guichard, dont le siège était à Blois, association qui avait réintroduit les premiers ours dans les Pyrénées, sous le nouveau nom de FERUS, (association qui existe encore aujourd’hui), et la réalisation des premiers numéros de la « Gazette des Grands Prédateurs », puisque j’en étais le « rédacteur en chef » (bénévole), petite publication au look très amateur, qui succéda à « La Gazette de la Meute » des premières années.

Cette période fut pour moi intense en activité « lupine » puisque plusieurs autres initiatives occupèrent mon temps militant comme l’organisation d’une grande manifestation à Paris (au Panthéon ) pour la défense des grands prédateurs avec autour de 4000 participants et plusieurs dizaines d’associations qui étaient montées au créneau ensemble… (Le record n’est toujours pas battu !)

Il y eut aussi une collaboration fructueuse avec le Muséum d’Orléans avec trois évènements mêlant expositions temporaires (celle sur le loup a eu un grand succès avec 70.000 visiteurs sur un an) ou sur l’ours (en 2005) doublé d’un colloque que la « cohabitation » des grands prédateurs avec l’homme, piloté par Farid Benhammou puis plus récemment un symposium international sur le lynx, avec l’aide du Muséum Nationale d’Histoire naturelle qui en publia les actes, orchestré par mon ami René Rosoux, alors responsable scientifique du Muséum d’Orléans.

Dans les années qui suivirent, le nombre de « spécialistes » du loup devenant peu à peu plus important que le nombre de loups, je mis un « bémol » à mon activité associative pour poursuivre mes activités personnelles de recherche et d’édition. Il y eu d’abord Le loup, autrefois, en forêt d’Orléans  (2011) puis une quinzaine d’autres titres dont le dernier, destiné au grand public,  les loups  édité par Ramsay est sorti en 2020.

Sur le plan local, le loup commençant à s’approcher des frontières de la région et même à y faire quelques rares incursions, il fallait tenter de porter un discours raisonnable à destination des autorités, des éleveurs, des associations et du grand public. Nous avons donc avec quelques amis, bons connaisseurs de la région, créé une sorte de « groupe de travail» informel que nous avons baptisé CRECIL (Cellule Régionale d’Etude et de Conservation Intégrée du Loup). Son objectif est de préparer de manière positive l’arrivée de cette espèce dans la région Centre Val de Loire. Ce groupe se propose de communiquer de façon objective et raisonnée sur le sujet. Il est composé de membres d’associations et de personnes connues pour leurs compétences naturalistes, en particulier sur le loup.

Il s’appuie également sur les expertises et données scientifiques de l’OFB. Si la présence prévisible de ce grand prédateur dans notre région doit être appréciée comme une bonne nouvelle pour les écosystèmes, elle peut générer des difficultés pour les éleveurs, qui ont perdu l’habitude de protéger les animaux domestiques. Le groupe de travail cherche donc à associer à son action toutes les compétences qui peuvent être utiles dans tous les domaines touchant au mode de vie et à la conservation du loup ainsi qu’aux problèmes engendrés par l’espèce.

https://bestiairedysengrin.monsite-orange.fr/

https://www.facebook.com/profile.php?id=100007863134995

Site Web | Plus de publications

La rédaction - Savoir Animal

Newsletter

Copyright © 2021 Savoir Animal. Tous droits réservés.