ConsommationActualitésL214 condamnée à supprimer toutes les images de l’élevage de lapins de la SCEA Realap

L214 Ethique & Animaux13 janvier 202284 min

Une décision appliquée, mais contestée

La Cour d’appel de Rennes a condamné L214 à retirer toutes les vidéos et photos de l’élevage de lapins de la SCEA Realap, situé dans le Morbihan. L214 est en outre condamnée à publier le dispositif sur son site et dans 3 journaux choisis par la SCEA Realap, pour un coût de 1 500 € maximum par publication, ainsi qu’à payer la somme de 1 € à titre de provision à valoir sur l’indemnisation de son préjudice et 5 000 € sur le fondement de l’article 700 du Code de procédure civile. L214 applique l’arrêt de la Cour d’appel mais se pourvoit en cassation.

→ Lire l’arrêt de la Cour d’appel de Rennes

L214 présumée coupable

La SCEA Realap reproche à L214 d’avoir enfreint le droit de propriété et le respect dû à son domicile. La SCEA n’apporte aucune preuve de culpabilité de l’association. Lors du procès, le tribunal a demandé à L214 de faire la preuve de son innocence, de dévoiler ses sources, ce qu’elle s’est refusée à faire. Cette décision de justice est particulièrement inquiétante : aucune image montrant l’envers des élevages ou des abattoirs ne pourrait plus être prise, conservée ou diffusée, puisqu’il faudrait pour cela l’accord des exploitants.

La question de l’alerte est omniprésente dans l’actualité : la transposition de la directive européenne sur la protection des lanceurs d’alerte est en discussion au Parlement. Dans une tribune publiée dans Le Monde, les lanceurs d’alerte expriment leur vive inquiétude.
En effet, la Commission des lois du Sénat a sabordé la transposition de la directive : la discussion en séance publique du mercredi 19 janvier va être cruciale.

→ Lire la tribune des lanceurs d’alerte

Par ailleurs, L214 avait déposé un recours contre la convention signée en décembre 2019 entre le ministère de l’Intérieur, la gendarmerie, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs. Cette convention, dont est issue la cellule Déméter, développe l’arsenal répressif contre celles et ceux qui osent remettre en cause le modèle agricole intensif. L’audience se tiendra le mardi 18 janvier à 10 h 30 au tribunal administratif de Paris (7 rue de Jouy, Paris 4e).

→ Lire notre communiqué de presse sur ce recours en justice

Pour Brigitte Gothière, confondatrice de L214 : « Si ce jugement faisait jurisprudence, toutes les images d’élevages et d’abattoirs passées et à venir seraient interdites, contraintes d’être retirées ou impossibles à diffuser.
Très clairement, plus aucune image de mise à mort en abattoir ne serait diffusée, les images d’élevage seraient rares et éviteraient de montrer les pratiques les plus cruelles, qui sont pourtant les pratiques les plus répandues.
Finies les images d’élevages intensif et en cage, de claquage des porcelets, de sexage et de broyage des poussins et des canetons, de gavage des canards, de canons à poulets, de castration à vif, de coupe des queues, de coupe des becs, de marquage au marteau, d’étourdissement électrique, au pistolet à tige perforante ou au dioxyde de carbone, d’abattage sans étourdissement.
Finies les images de poules pondeuses entièrement déplumées, de poulets boiteux, de cochons avec d’énormes hernies non soignées, de “vaches à hublot”, de dindes et dindons entassés dans des caisses bien trop étroites.
Finies les images des infractions routinières révélant au grand jour l’absence de contrôle ou la complaisance des services de l’État.

L214 continuera de diffuser des images et de protéger les lanceurs d’alerte pour que le débat sur la place accordée aux animaux dans notre société se poursuive, pour faire reculer les pires pratiques encore majoritaires en France : 8 animaux sur 10 abattus proviennent d’élevages intensifs où les animaux n’ont aucun accès à l’extérieur, où ils subissent entassements, mutilations et privation sévère de comportements naturels.

Avec ou sans protection, L214 continuera de défendre les animaux en montrant leurs réelles conditions d’élevage, de transport et d’abattage. »

Site Web | + posts

8 commentaires

  • Fanfan

    19 janvier 2022 à 18h03

    Toujours pareil ce sont les animaux qui pâtissent de la cruauté humaine ces juges n aiment pas les animaux ni les victimes humaines toujours du cote des monstres

    Répondre

  • Steveny

    15 janvier 2022 à 22h34

    Des lois vraiment injuste
    Je soutiens toutes ses personnes qui protègent les animaux

    Répondre

  • Alfonso

    15 janvier 2022 à 8h56

    Je soutiens totalement la L 214 pour tout ce qu’elle montre. Tout ce qui est caché peut et doit être montré nous sommes au 21 siècle. Les hommes sont des êtres cruelles il faut les surveiller pour éviter les dérivés. J’ai horreur de la souffrance L 214 participé au dévoilement de pratiques ignobles.

    Répondre

    • Chamaillard

      21 janvier 2022 à 13h28

      La question est de savoir, est-ce nécessaire “de montrer visuellement au tout venant” cette réalité cruelle du rapport hommes-animaux ? Je ne le pense pas personnellement.
      En elles-même, les images de ce type ont des potentialités psychologiques traumatisantes humaines.

      Pour autant, dénoncer ces pratiques, reste humainement essentiel. Comme ici, par exemple, sur votre site Savoir Animal je trouve cela bien fait, car c’est à la fois verbal et non visuel. D’où, la conscience…
      Rien n’empêche de laisser à ceux qui se sentent de constater cette réalité visuellement parlant, “ce/le loisir” (lol.) …

      Après, comment le faire-mourir animal, par nécessité vitale de nourrissage humain, doit-il se réaliser de la façon la plus noble qui soit, la moins douloureuse la plus acceptable (si tenté que cela soit possible…)?
      En fait, c’est la question de l’euthanasie qui est en jeu ici. Pour l’heure, en France et humainement, elle est rejetée tout de même. Mais cela donne des pistes, je pense. En effet, ce que l’on est prêt à accepter pour soi, à un niveau humain… peut être indiquer pour la sphère animale, puisque nous avons ceci en commun d’être vivants, des êtres sensibles.

      Répondre

  • Muller

    14 janvier 2022 à 23h54

    Je partage mon bonheur avec Lorenzo et Faustine deux adorables lapins sensibles et très intelligents. De vivre avec eux me permets de me consoler de toute la violence, la cruauté et les horreurs dont font preuve les hommes et que je regarde à la télé anéantie. Alors pitié respecter le monde animal pour nous permettre de vivre un monde meilleur rempli d’Amour, de compassion et d’intelligence.

    Répondre

  • Hochwelker

    14 janvier 2022 à 20h15

    La justice se met toujours du côté des sadiques !
    Les gens se donnent bonne conscience en refusant de voir la réalité en regardant la vérité que l’humain fait subir à ces pauvres animaux. J’espère que vous allez gagner ce combat car sans vous il n’y aura plus aucune chance de défendre les animaux de consommation.
    Merci pour eux.
    Vive L214

    Répondre

  • Sylvain huet

    14 janvier 2022 à 19h39

    Ces images ne s’effacer ont jamais de notre mémoire. Non seulement je ne mange pas le lapin, mais je me targue de convaincre souvent autour de moi, justement en montrant ces atroces images. Merci à vous, L214 !

    Répondre

  • Sylvie DETREZ

    14 janvier 2022 à 17h25

    Bonjour,
    Je trouve très inquiétant cette pression qui pèse sur les lanceurs d alerte.
    Y a t-il une pétition que l on puisse signer afin de protester, soutenir l action courageuse reconnue de L214 et d autres lanceurs d alerte?

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.