Numéro 12Animaux domestiquesFêtes cruelles en Espagne : les « taureaux de feu »

Roger Lahana17 juillet 20234 min

Nous avons commencé, dans le numéro 11 du magazine de Savoir Animal, à décrire certaines des festivités cruelles hors corridas qui se déroulent en Espagne au détriment de taureaux. Les lignes qui suivent s’appuient sur plusieurs articles publiés par les associations AnimaNaturalis et CAS International, qui ont entrepris de documenter la totalité de ces pratiques et d’agir en justice contre les organisateurs à chaque fois que cela est possible.

Après les « taureaux à la mer », l’article qui suit aborde une pratique encore plus barbare, celle des « taureaux de feu » ou « toros embolados ». Elle consiste à positionner sur les cornes d’un taureau entravé des boules de matériau inflammable auxquelles on met le feu avant de le laisser courir et se débattre, complètement affolé et gravement brûlé, dans une enceinte close. Il n’est pas rare que l’animal succombe à ces maltraitances.

Toro embolado organisé en pleine pandémie en 2020 à Villareal (Espagne)

Une agonie « sans incidents » selon les organisateurs

C’est ce qui s’est produit, par exemple, le 12 novembre 2022 à Medinaceli, commune espagnole où cette pratique barbare est considérée comme « traditionnelle ». Elle est également nommée « toro jubilo », le taureau joyeux, ce qui est particulièrement abject. Le taureau est arrivé dans l’enclos prévu pour le « spectacle » haletant et la gueule en sang. Il s’est effondré au bout de 48 minutes d’un interminable supplice.

Des militants d’AnimaNaturalis ont pu photographier et filmer toute la scène. Quelques minutes avant minuit, l’équipe a observé comment le taureau est arrivé avec la langue tirée et la bouche ensanglantée. Très agité, il a tenté de résister alors qu’il était entravé. Il a fallu plus de 10 minutes pour mettre les bouts de ses cornes en feu. Suffoquant de terreur, il s’est jeté à plusieurs reprises en l’air et contre le sol en essayant de se débarrasser des flammes qui tombaient sur son visage et son dos. Après 10 minutes de désespoir pour l’animal, les boules ont été éteintes et un feu d’artifice tonitruant a commencé. Avec des signes évidents d’épuisement, le taureau a continué à marcher pendant plusieurs minutes tandis que certains coureurs ont sauté dans l’arène de fortune pour le harceler.

À un moment, le taureau est resté coincé, pendant une minute, contre un pylône avec les entraves qu’il continuait à porter sur sa tête. Les mozos (personnel de piste) ont tenté de le guider vers la sortie sans succès. Ils ont fini par attacher ses cornes avec deux cordes pour le traîner dehors. Mais le taureau s’est effondré immédiatement.

Les participants, en présence de la presse et des caméras, ont rapidement encerclé la scène en criant à plusieurs reprises “Téléphones portables et caméras dehors !”, dans une tentative de censurer les prises de vue – en vain. Bien qu’apparemment vivant, l’animal n’a pas réussi à quitter l’arène sur ses pattes et ils ont dû le traîner dehors. Il a probablement succombé peu après, hors de la vue du public maintenu à distance par un important dispositif de police et de la Garde civile. 

Les organisateurs ont déclaré par la suite que tout s’était déroulé « sans incidents », dans un mépris total pour l’agonie épouvantable subie par le taureau.

Des enfants mineurs participent à cette barbarie

Comme partout ou presque dans les régions tauromachiques, les mineurs, parfois très jeunes, sont exposés aux violences inhérentes à ce type de divertissement, sous couvert de leurs parents. Cela est cependant illégal dans certains cas de figures (pas tous, malheureusement). À la suite d’une plainte déposée par AnimaNaturalis, les organisateurs de « toros embolados » à Náquera (Valence) ont été sanctionnés pour avoir permis la participation de deux très jeunes mineurs.

En août 2022, AnimaNaturalis a déposé une plainte auprès du ministère de la Justice, de l’Intérieur et de l’Administration publique contre la mairie de Náquera, contre les organisateurs de l’embolado tenu dans ladite municipalité (le club taurin El Cuerno de Náquera) et contre les parents des mineurs qui ont activement participé au toro embolado.

Sur les photos qui ont été prises, on aperçoit deux mineurs, âgés de 9 et 10 ans, accompagnés du père de l’un d’entre eux, essayant d’allumer les cornes d’un taureau avec une fusée éclairante. Les aficionados préparaient l’animal, lorsque l’un d’eux alluma un feu de Bengale et l’offrit à deux enfants pour allumer les boules sur les cornes du taureau.

La plainte a abouti à l’ouverture d’une procédure disciplinaire suivie d’amendes à l’encontre de quatre personnes jugées responsables d’avoir autorisé la participation de mineurs de moins de 16 ans à cette pratique.

D’autres recours en justice sont en cours. Plusieurs dizaines de spectacles de toros embolados se tiennent chaque année en Espagne.

L’auteur remercie AnimaNaturalis pour le travail extraordinaire et infatigable de dénonciation de ces jeux barbares.

Photos : ©AnimaNaturalis


Roger Lahana
Site Web | Autres articles

Président de No Corrida
Secrétaire fédéral de la FLAC (Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas)
Référent pour la France du Réseau International contre la Tauromachie
Membre plénier de la World Federation for Animals

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.