Numéro 7Cultures ancestralesLe bélier, renouveau du printemps et célébration de la nouvelle année zodiacale

Dalila Baha15 avril 20224 min

Le bélier annonce l’équinoxe du printemps et représente l’équilibre parfait, alchimique, entre le jour et la nuit, le Yin et le Yang. Ses cornes en forme de spirales et la fougue de sa planète mars font du bélier l’union du masculin et du féminin, en alchimie spirituelle, et au sein de bon nombre de cultures ancestrales. Cela est également le signe de la corne d’abondance chez les celtes entre autres.

D’un point de vue zodiacal, le bélier représente le printemps, annonciateur de renouveau, de création, d’afflux d’énergie mais aussi la graine, la semence qui se transforme en végétal grâce au feu de la divinité Agni, du soleil et du principe de photosynthèse. Il est le principe même de la vie. C’est également la régénération de la terre et de l’âme humaine. C’est le jeu de la vie le Lîlà (en sanskrit) qui se remet en mouvement. Il surgit de l’eau des poissons, il en représente la partie ignée et alchimique. En d’autres termes le feu primordial de la création. C’est le moment de lancer de nouveaux projets et de faire émerger le germe de la vie.

Mythes et cultes du bélier

Dans la mythologie berbère, l’un des Dieux les plus importants représenté est Ammon le Dieu bélier.  Il fait partie avec d’autres dieux du panthéon principal des divinités berbères et des tribus nomades libyennes, des phéniciens et des carthaginois.

Ammon représente la fertilité familiale, l’eau et la végétation. Bien plus tard les Égyptiens en feront leur Dieu suprême. Dans l’oasis de Siwa, se trouve l’Oracle dédié au Dieu Ammon et le temple où il était vénéré.

La dévotion au Dieu bélier prit de l’ampleur et évolua un peu partout dans le bassin méditerranéen jusqu’en Égypte et en Grèce. Les Grecs fusionnèrent le culte d’Ammon à Zeus ce qui résultat d’Ammon-Rê. Sa représentation était celle des traits humains de Zeus ornée d’une coiffe de bélier aux cornes spiralées.

Il y avait 2 temples dédiés à son culte, en Grèce, l’un d’eux se situe à Thèbes et l’autre était à Sparte. Cette divinité inspira notamment le poète Pindare qui lui créa un hymne en son honneur. La réputation de ce Dieu unique Ammon Zeus finira par éveiller la curiosité d’Alexandre Legrand qui, après sa victoire contre les perses dans la bataille d’Issos, se dirigea vers l’Égypte et c’est là dans l’oasis de Siwa qu’il trouva l’oracle d’Ammon. Le grand prêtre du temple de Siwa accueilli le général macédonien comme étant le fils d’Ammon. Dès lors, Alexandre Legrand vénéra le Dieu bélier et déclara officiellement qu’il était bel et bien le fils d’Ammon Zeus. Certaines pièces de monnaie, de l’époque, à l’effigie d’Alexandre Legrand le montraient avec des cornes de bélier. Ce dieu bélier exercera une influence conséquente en son temps à travers le bassin méditerranéen.

Du côté des druides, le bélier symbolise la fertilité, la création et la roue de la vie qui repart en mouvement.

En Inde, Agni est le dieu hindou du feu, il protège le foyer. Il est présenté sous diverses formes :  le soleil, la foudre, les comètes, le feu sacrificiel, les feux domestiques, le feu du bûcher funéraire et le feu digestif qui se trouve en chacun de nous. Les Védas accordent une place particulière pour ne pas dire unique à cette divinité. Il a une place prépondérante dans de nombreux textes sacrés dont le Mahabharata.

Khnoum signifie « le maître de l’eau fraîche » Il est le Dieu des cataractes (Les cataractes du Nil sont des rapides, dus à des encombrements rocheux dans le lit du mythique fleuve. Au nombre de six, elles sont difficilement praticables en navigation mais pas impossible.)

Ce Dieu représente donc comme le bélier, la puissance créatrice dans l’Égypte ancienne. Il contrôlait la crue du fleuve et ainsi la vie aux abords de ses rives.

Khnoum est reconnu comme étant le créateur de l’enveloppe corporelle des êtres vivants qu’il forme sur son tour de potier dont la matière première est le limon du Nil. Selon la tradition, il dépose celui des nouveau-nés dans leur berceau et façonne leur Ka (composantes éthérées qui dépasse l’idée de dualité Corps et âme).

Outre sa tête de bélier reliée à l’illumination et au cosmos par ses cornes symbolisant le vortex et les spirales de l’univers, il tient la croix ansée, une croix d’ankh dans la main.

Cette croix égyptienne représente le symbole de la vie éternelle, du don divin et de la déesse alchimique Isis. C’est aussi le symbole de l’univers, la croix de vie et ainsi comme l’ère du bélier, la représentation des clefs du monde des morts et des mystères de la vie éternelle. Il s’agit d’un passage subtil entre le monde physique et spirituel. L’idée est de se détacher, dans ce cas,  du superficiel, de l’attachement qui nous étouffe et de la volonté de pouvoir afin de pénétrer l’essence même de la vie et sa puissance illimitée. Il s’agit de l’impulsion du bélier à nous engager dans l’élévation spirituelle de notre Être par une voie alchimique de transformation et de transmutation de notre plomb en or. Ainsi, nous pourrons comme il le suggère de manière subtile et voilée conquérir notre toison d’or.

Dalila Baha
Site Web | Autres articles

Fondatrice de B formation & Conseil et Wisdom & Joy

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.