Numéro 8Culture contemporaineQuestions posées à Julie Wasselin

Savoir Animal15 juillet 20223 min

Certes il s’agit d’un roman, mais y-a-t-il une grande part de vérité ?

Tous les faits sont exacts, mais pour conserver une cohérence au récit et pour garder l’anonymat de certains, comme dans tout roman, il a fallu biaiser.

Vous connaissez la formule : « Le romancier est un menteur qui raconte une histoire vraie. »

Peut-on affirmer qu’Élise a une passion sans limite pour Fatum ?

Oui, mais plus que d’une passion, ce sentiment tient de l’amour maternel et/ou fraternel ; il est surtout fondé sur la responsabilité, face à un animal qui vous confie sa vie.

Oui, « Le » problème, c’est de le protéger jusqu’au bout, et de ne pas mourir avant lui !

Avez-vous connu beaucoup de Mathias ?

C’est une espèce qui n’est pas rare dans le milieu des chevaux… envie, jalousie, brutalité, coups fourrés, etc.

Le tout est de voir clair et de savoir les éviter.

Élise a réussi à refaire confiance à l’espèce humaine, en est-il de même pour Fatum ?

Un cheval n’oublie jamais rien, ni les bons ni les mauvais traitements, et il est capable d’être rancunier : par le passé des charretiers brutaux se sont fait écraser contre un mur !

Mais à celui qui l’aime vraiment, le cheval est capable de donner sa vie. À celui qui en a la responsabilité de ne jamais trop lui en demander…

Quoi qu’il lui arrive, le cheval saura toujours à qui donner ou ne pas donner sa confiance.

Fatum n’a jamais ôté sa confiance à Élise.

Peut-on affirmer que sans amour sincère on ne peut pas emmener son cheval au sommet ?

Non… par exemple, et c’est surtout dans le travail de dressage, l’équitation allemande met les chevaux au garde-à-vous, et obtient de bons résultats… mais leurs chevaux sont mécanisés.

Quand un cheval n’est pas libre de s’extérioriser, cela se voit…

Quand il travaille de bon cœur, le cheval joue, et, dans ce cas, il est inégalable parce qu’il est libre d’exprimer sa joie !

Qu’est-ce que le fait de mériter un cheval ?

Le respect… le respect de ce qu’il est, de ce qu’il est capable ou incapable de donner, suivant son âge, ses compétences et sa morphologie… la douceur, le calme, les récompenses, savoir se faire accepter dans son monde comme si l’on était l’un des siens.

Comment fait-on pour se mettre à la place d’un cheval ?

Il faut entrer dans sa tête, gagner sa confiance, et ce n’est pas facile, parce que le cheval a toujours été une proie… 

Et devenir cheval…

Je remercie ceux que j’ai eus de m’avoir acceptée…

L’équipe de Savoir Animal vous remercie Julie

Non, c’est moi… et encore merci à « Tom » ( Jean-Paul Charignon, l’exceptionnel cavalier qui a su me rendre Fatum ! )

Julie Wasselin,  ancien juge élite attelage FFE, auteur de livres sur les chevaux, la voile et les labos pharmaceutiques

facebook.com/profile


Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.