Numéro 12Culture contemporainePrix Maya 2023 – Cause animale : que peut la fiction ?

Claire Tastet17 juillet 20233 min

Le prix Maya est un prix littéraire animaliste qui récompense des œuvres littéraires faisant avancer la cause animale.  Il est remis chaque année depuis 2019 à l’occasion de la Vegan Place de Tours.  Il comporte trois catégories : roman, bande-dessinée et album jeunesse. 

Le 17 juin dernier, le prix a été décerné à trois lauréats. Dans la catégorie « roman », c’est Sibylle Grimbert qui a été récompensée pour Le dernier des siens publié aux Editions Anne Carrière.  C’est la bande-dessinée d’Aurel, Singes parue aux Editions Futuropolis qui s’est vu saluée. Enfin, Barroux a reçu le prix dans la catégorie « albums jeunesse » pour Je t’aime bleue présenté par l’Ecole des loisirs.

Quels sont les critères de sélection ?

Les ouvrages sélectionnés et récompensés doivent offrir un propos riche faisant réfléchir à la condition animale. Il ne s’agit pas seulement d’évoquer l’animal mais de permettre aux lecteur·rices de repenser « les rapports entre humains et non humains » pour citer l’anthropologue Philippe Descola[1] .

A ce titre, la bande dessinée d’Aurel est un modèle.  Le dessinateur a mené une véritable enquête documentaire sur les singes et son œuvre offre une véritable vulgarisation panoramique des savoirs. Cette pluralité est essentielle pour repenser le lien que nous entretenons avec le vivant : biologistes, éthologues, scientifiques, environnementalistes mais aussi philosophes ou écrivains, tous ont été interrogés par Aurel tant repenser notre relation aux animaux nécessite d’utiliser tous les outils de la pensée.

Or, qui mieux que la fiction est à même de faire entendre cette pensée en mouvement ?

De son côté, Sibylle Grimbert raconte la relation hors norme entre une jeune scientifique et le dernier Grand Pingouin qu’il recueille en 1835.  Dès lors, Gus et Prosp ne se quittent plus, l’oiseau devenant le centre de la vie de Gus.  Au-delà des questions métaphysiques qu’il pose, le récit donne à l’animal une individualité en se gardant de tout anthropomorphisme, sans donner de voix à l’animal, ce qui était une gageure. Et pourtant, Gus et Prosp se parlent, sans voix ni parole, magie d’une écriture travaillée, ciselée au plus près du sensible et du sentient.

Enfin, c’est par le biais d’une phrase simple et d’une image douce et poétique que Barroux sensibilise les jeunes enfants à la vie marine.

Le Prix Maya, comment ça marche ?

Notre comité de lecture fait de la veille et lit des ouvrages tout au long de l’année pour constituer une « short list » à la fin du mois de septembre. 

La sélection finale comporte 4 ou 5 titres par catégorie. Elle est envoyée à notre jury composé de personnalités portant un engagement animaliste. Cette année, nos jurés étaient Yolaine De La Bigne (journaliste de presse écrite et radio, fondatrice de l’Université d’été de l’animal), Pierre Lucot (responsable du pôle nature du Mouvement Utopia), Camille Silvert (rédactrice de Mon Journal Animal de l’association L214 Ethique & Animaux), Elodie Vieille Blanchard (présidente de l’Association Végétarienne de France) et Sophie Wyseur (Vétérinaire, vice-présidente de l’association Code Animal).  La délibération a lieu le jour de la Vegan Place et est suivie de l’annonce des lauréats.  Les lauréats ont reçu une œuvre réalisée par Florence Dellerie, autrice, illustratrice scientifique et marraine de l’événement.

Nous constatons avec bonheur que les ouvrages pouvant entrer dans notre sélection se multiplient. Nous invitons d’ailleurs les éditeurs à nous envoyer des ouvrages qu’ils jugeraient pertinents pour notre prix[2] !

[1] Philippe Descola, « Il faut repenser les rapports entre humains et non humains », in CNRS, le journal, 3 juin 2020- lejournal.cnrs.fr/articles/philippe-descola-il-faut-repenser-les-rapports-entre-humains-et-non-humains

[2] Toutes les informations sur notre prix figurent sur le site : prixmaya.org


Claire Tastet
Site Web | Autres articles

Co-organisatrice du prix Maya

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous vous suggérons

Ma passion pour la vie sauvage

Ma passion pour la vie sauvage

3 février 2024 3
2 min
Une passion : l’art animalier

Une passion : l’art animalier

15 janvier 2024 2
3 min