ActualitésAnimaux sauvagesOne Voice défend Barny (l’ours M129) contre des tirs d’effarouchement

One Voice2 juillet 202424 min

L’État lui avait attribué le matricule déshumanisant M 129. Nous l’avons nommé Barny. Le 21 mai 2024, un jeune ours mâle de deux ans a eu le malheur de croiser la route d’humains. Si cette rencontre n’a pas semblé l’effrayer, il n’a cependant pas montré de signes d’agressivité et n’a plus été vu depuis cet événement. Mais il n’en fallait pas plus à la préfecture de l’Ariège pour exiger des tirs d’effarouchement. One Voice a immédiatement attaqué ce texte et demande sa suspension au tribunal administratif de Toulouse jeudi 4 juillet, à 14 heures.

Devenir la cible de balles en caoutchouc ou de violentes détonations: c’est ce que risque non seulement Barny, mais également tous ceux de ses congénères qui présenteraient des « caractéristiques » semblables aux siennes. Tout ça pour lui apprendre la peur des humains et le faire fuir… alors même qu’il n’avait pas été aperçu depuis déjà plus de trois semaines au moment de la publication du document, et six aujourd’hui !

L’obstination de la préfecture à persécuter un individu qui se tient de lui-même à l’écart des humains est à l’image de sa politique d’acharnement contre ces animaux. En 2022 déjà, le département avait tenté de faire passer en force des arrêtés contraires à une précédente décision de justice pour pouvoir terroriser les ours à tout prix. Rebelote à la fin de l’été 2023, où le tribunal a une fois de plus dû rappeler la préfecture à l’ordre. Mais pour elle, peu importe si des mesures comme les détonations peuvent causer des blessures auditives ou risquent de séparer les petits de leurs mères, tant que cela va dans le sens des éleveurs.

C’est pourtant l’État qui tenait à réintroduire ces animaux en France. Au point d’aller, « au nom de la biodiversité », arracher des individus à leurs forêts slovènes pour les relâcher dans les Pyrénées, où éleveurs et chasseurs s’appliquent depuis à leur rendre la vie impossible. Dès le départ, nous nous étions fermement opposés à cette idée. Sans succès : alors qu’en 2018, le ministère de la Transition écologique se réjouissait que de nouvelles ourses continuent à rejoindre notre territoire, il n’arrêtait pas pour autant de signer des arrêtés ministériels autorisant l’effarouchement de ces mêmes animaux à titre expérimental. Depuis, les ours, qui n’ont jamais demandé à être là, ne cessent d’être harcelés.

Pour Barny et ses compagnons, nous serons présents au tribunal administratif de Toulouse le 4 juillet à 14 heures.

Photo : © Agents Rurals


2 commentaires

  • Gaston F.

    3 juillet 2024 à 13h09

    un matricule déshumanisant ….Pour rappel l’ours n’est pas un humain, il n’y a donc rien de “déshumanisant”.
    Ce n’est pas en ‘humanisant” ces grands prédateurs, en leur donnant un joli nom que les problèmes de cohabitation avec les locaux seront réglés. Il est donc nécessaire de faire comprendre aux ours que leur place est dans la forêt, loin des activités humaines. Ces effarouchements sont indispensables et peuvent éviter une escalade dans les conflits. Pour comprendre cela il faudrait sortir des dogmes et connaitre la vie en campagne, la vraie vie des gens, pas celle que vous idéalisez et voulez imposer.
    Il faudrait que les animalistes commencent à réfléchir avant de contester chaque décision prise par les autorités. Et si ils aiment autant les animaux pourquoi vouloir les humaniser?

    Répondre

  • DELORME jean-Pierre

    2 juillet 2024 à 17h29

    Bonjour,
    Il vaut mieux des tirs de balles en caoutchouc que des tirs à balles réelles.
    Les opposants locaux n’attendent que ça, de pouvoir se substituer aux agents OFB pour faire des cartons sur les ours simplement curieux des activités humaines. Il faut à mon avis savoir doser les interventions en justice pour ne pas favoriser le braconnage intentionnel.
    Nous sommes sur place et nous savons de quoi sont capables les antis ours, les scores des votes RN sont impressionnants dans les zones à ours et si cela se confirme, l’avenir de ces animaux est plutôt sombre.
    Bien Amicalement

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.