ConsommationActualités5 enquêtes sur l’élevage intensif et la pêche industrielle

L214 Ethique & Animaux21 février 202215 min

Quels engagements des candidats à l’élection présidentielle ?

À partir de mardi 22 février et jusqu’au samedi 26 février, jour d’ouverture du Salon de l’agriculture, L214 va dévoiler une nouvelle enquête par jour. L’objectif : interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur le fléau de l’élevage intensif et de la pêche industrielle.

La première enquête (mardi 22 février) concerne un élevage intensif de poulets de la marque Le Gaulois situé dans la Sarthe. Elle est commentée par Francis Guilloteau, éleveur de volailles depuis 36 ans, qui dénonce la souffrance animale et « l’esclavage » des éleveurs par les coopératives.

La deuxième enquête (mercredi 23 février) dévoile des images rares et terribles de pêche tournées entre autres sur un chalutier français du Calvados. Lynne Sneddon, experte internationale de la biologie des animaux marins, explique à quel point le chalutage de fond est un supplice pour les poissons et destructeur pour l’environnement.

La troisième enquête (jeudi 24 février) est présentée par Alexis Gauthier, chef français étoilé. Les images, tournées notamment dans une salle industrielle de gavage du Sud-Ouest, dans le Gers, démontrent la violation systématique de la réglementation de protection des animaux et soulignent le rôle de cette filière dans l’expansion de la grippe aviaire.

La quatrième enquête (vendredi 25 février) expose les images choquantes d’un élevage intensif de cochons des Côtes-d’Armor, adhérent à la Cooperl. Cet élevage est situé à proximité d’un affluent du Gouessant qui se jette dans la baie de Saint-Brieuc, où se trouve la plage de La Granville. Cette plage est fermée depuis plus de 7 mois à cause de la dangerosité des algues vertes. Yves-Marie Le Lay, président de l’association Sauvegarde du Trégor, dénonce la responsabilité des élevages intensifs dans la prolifération des algues vertes.

La cinquième enquête (samedi 26 février) dévoile les images de l’un des plus grands élevages de lapins situé en Bretagne. Entre autres horreurs, on peut y voir des lapereaux vivants jetés dans les poubelles de l’élevage. Vipulan Puvaneswaran, jeune militant écologiste, parle quant à lui de l’utilisation massive d’antibiotiques propre aux élevages intensifs, et des problèmes que ça génère.

Élevage intensif : plus de 8 animaux sur 10 en France

En France, plus de 80 % des animaux abattus proviennent de systèmes intensifs, c’est-à-dire d’élevages où les animaux sont entassés dans des bâtiments fermés sans aucun accès à l’extérieur.

Ce triste constat est très éloigné des attentes des Français qui sont 85 % à être favorables à l’interdiction de l’élevage intensif (janvier 2022, IFOP pour 30 Millions d’Amis).

Dans le détail, on voit que cette demande d’interdiction est portée sans grande disparité, quels que soient le lieu d’habitation, l’âge ou la tendance politique.

Les ruraux sont plus opposés que les urbains aux élevages intensifs :

  • agglomération parisienne : 81 %,
  • communautés urbaines de province : 86 %,
  • communes rurales : 86 %.

Les plus de 35 ans se sentent plus concernées que les moins de 35 ans : total moins de 35 ans : 79 %, total plus de 35 ans : 87 %.

Le refus des élevages intensifs est transpartisan :

pourcentage gauche droite élevage intensif

L’interdiction de l’élevage intensif est probablement l’une des mesures qui remportent le plus l’adhésion. Voici les pourcentages des électeurs favorables à cette mesure pour les principaux candidats :

pourcentage candidats élevage intensif

→ Étude réalisée par l’Ifop pour la Fondation 30 Millions d’Amis en janvier 2022.

Sortir de l’élevage intensif : une urgence

Les conséquences désastreuses de l’élevage intensif et de la pêche industrielle pour les animaux, les éleveurs, les employés du secteur agroalimentaire, l’environnement et la santé publique sont indéniables. Ces enquêtes en sont une preuve supplémentaire.

L214 interpelle les candidats à l’élection présidentielle et met en ligne une pétition pour leur demander de s’engager sur :

  • l’instauration d’un moratoire immédiat sur l’élevage intensif ;
  • la sortie de l’élevage intensif en 10 ans ;
  • la fin de la pêche industrielle et de la pisciculture intensive sous 10 ans ;
  • la démocratisation de l’alimentation végétale et la réduction de moitié en 5 ans de la consommation de viande, de poisson, d’œufs et de produits laitiers.

→ Site des enquêtes et de la pétition

Classement des candidats à l’élection présidentielle

L214 recense via son observatoire Politique & Animaux près de 8 000 prises de position de personnalités et partis politiques sur la condition animale. À l’occasion de l’élection présidentielle, une page dédiée permet de connaître le positionnement des candidats et candidates et de les interpeller sur les sujets liés aux animaux.

→ Voir la position des candidats à l’élection présidentielle sur la question animale

Il y a un commentaire

  • duchene

    22 février 2022 à 20h46

    Qui mangerait de la viande s’il était obligé de tuer l’animal, comment peut-on manger de la viande quand on sait comment les animaux sont abattus dans les abattoirs “grâce” aux vidéos insoutenables de L 214 ? qui a le cran d’aller jusqu’à voir, entendre et sentir cette ultime souffrance innommable pour dénoncer cette dérangeante vérité des coulisses du régime carnivore humain dont beaucoup préfèrent ne rien savoir sur la façon dont on traite des êtres réputés sensibles par la loi en France … à quoi ça sert pour ma part je crois qu’il faut une personnalité juridique au animaux celle de “personnes physiques animales” pour qu’ils cessent d’être assujettis aux régimes des biens qui rend possibles toutes les exactions commises sur eux pour les besoins humains qui n’ont rien de besoins !!! On doit aller plus loin aucun humain travaillant dans un abattoir témoin du traitement ultime des animaux ne peut bien le vivre chacun le vit mal et aucun de ceux qui le font ne peut être fier de son travail c’est une souffrance infligée à ceux qui restent dans les abattoirs .. les humains qui y a travaillent … Notre société, nos politiques, ,nos parlementaires acceptent cela c’est INDIGNE !

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.