ActualitésAnimaux sauvagesAudience loups au Conseil d’État le 23 mars 14h: One Voice a déposé deux requêtes en annulation

One Voice20 mars 20225 min

Contre la politique d’éradication des loups en France, nous ne décolérons pas. Cette année encore, le ministère de la Transition écologique et le préfet en charge du Plan Loup prévoient l’abattage de cent dix-huit loups, alors que la population de ces animaux dont l’espèce est protégée n’est toujours pas stabilisée au-dessus de 500 individus.

One Voice a donc déposé deux requêtes en annulation des arrêtés « cadre » et « plafond » du 23/10/2020 sur les loups devant le Conseil d’État. L’audience est prévue le 23 mars prochain à 14h.


Nous avons attaqué les deux arrêtés du 23 octobre 2020, le premier fixant les conditions et limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions de « destruction » peuvent être accordées par les préfets concernant les loups, et l’arrêté pris le même jour qui fixe le nombre maximum de loups dont le massacre pourra être autorisé chaque année. Le second arrêté autorise le tir de 19 % des effectifs de loups par an (ce seuil peut aller jusqu’à 21 % sous certaines conditions). Cette proportion correspond à 118 loups en 2021, et autant en 2022.

Ces arrêtés sont pris alors que :

  • Le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) a rendu un avis défavorable sur ces deux projets d’arrêtés (comme pour les précédents arrêtés).
  • Les loups sont une espèce protégée qui est toujours classée comme « vulnérable » par l’UICN, ce qui signifie qu’ils sont confrontés à un risque élevé d’extinction.
  • Le pourcentage de la population dont le tir est autorisé a été fixé à la hausse sans évaluation des effets sur les populations de loups et alors que les augmentations exponentielles des plafonds ces dernières années ont a minima ralenti la croissance de l’espèce.
  • Plusieurs études scientifiques soulignent qu’une politique de gestion indexée sur les effectifs de loups est inadéquate. Il faut prendre en compte le tissu social de cette population, ce qui n’est pas fait à l’heure actuelle.

Par ailleurs, l’arrêté « cadre » supprime le recours préalable obligatoire à l’effarouchement avant les tirs alors que des études ont démontré son efficacité.

Nous avons souligné deux aspects qui nous semblent de première importance : l’insuffisance du dispositif relatif aux mesures de protection des troupeaux alors que le triptyque clôtures électriques, chiens de protection, gardiennage renforcé est efficace, et l’absence de démonstration de l’efficacité des tirs létaux et même leur caractère contre-productif (en raison de la déstructuration des meutes notamment).

Une réputation à restaurer et des individus à protéger, qui ont toute leur place dans les écosystèmes

Nous sommes, comme tous les ans, écœurés par cette politique infondée, basée sur la régulation par les tirs au lieu d’être animée par la volonté de protéger les animaux de cette espèce. Pendant notre action de sensibilisation partout en France sur le terrain, nos militants l’ont expliqué au public. Nous demandons donc l’annulation de ces arrêtés devant le Conseil d’État.

Dénoncée par le CNPN, cette politique du gouvernement n’a aucun fondement. Disons-le tout net : elle est criminelle. L’Office Français pour la Biodiversité en pointe clairement les effets mortifères. Le taux de survie des loups gris est passé de 74 % avant 2014 à 58 % pour la période 2014-2019. Des chiffres alarmants, qui sont clairement imputables à la gestion de nos gouvernants.

Par ailleurs, l’étude publiée par le Muséum national d’Histoire naturelle et l’OFB en février 2019 établit clairement une absence de corrélation entre le nombre de tirs et le volume des dégâts subis par les élevages. Pourtant, au 2 novembre 2020, 97 loups avaient été abattus. Un chiffre glaçant.

Hors braconnage, ce chiffre officiel monte à 100 en 2021. La réalité est bien pire. Les braconniers sont très actifs, et nous ne prenons pas à la légère leurs menaces. Plusieurs fois, nous avons d’ailleurs déposé plainte contre des groupes de braconniers assumés ces dernières années (en août 2020 et l’année précédente, en 2019), mais cette année ce sont carrément des syndicats agricoles qui profèrent des menaces, et appellent au massacre.

Au 23 février 2022, selon les chiffres officiels, cinq loups étaient déjà morts…

One Voice
Site Web | Autres articles

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.