Animaux domestiquesActualitésAudience à Bordeaux le 7 novembre 2023 contre Richard Mandral, l’éleveur de chiens « de chasse » périgourdin

One Voice3 novembre 202354 min

Le 7 novembre 2023, à 9 heures 30, One Voice sera à la Cour administrative d’appel de Bordeaux. Nous y contesterons le refus du tribunal administratif de contraindre le préfet de Dordogne à saisir les chiens « de chasse » de Richard Mandral. Pour ces animaux maltraités depuis des années, nous exigeons que cesse enfin l’inaction des autorités.

Rien ou presque n’a changé depuis notre découverte du site de Dordogne où Mandral stocke comme des outils sans la moindre valeur une centaine de chiens « de chasse » en proie aux maladies, aux intempéries et à l’ennui. La plainte déposée pour eux en 2019 n’a cessé d’être enrichie de nouveaux éléments, tous plus accablants les uns que les autres. En 2020, notre sauvetage de seize animaux détenus par l’éleveur-chasseur a révélé qu’ils souffraient de nombreux problèmes de santé, au point que leur vie avait été mise en danger. Comme si cela ne suffisait pas, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) a elle aussi relevé des irrégularités au cours de ses contrôles. Mais la préfecture se complait dans l’immobilisme, préférant brasser du vent à coups de démarches inefficaces plutôt que de prendre de réelles mesures pour protéger les chiens maltraités sous ses yeux. À la suite du refus du tribunal administratif de Bordeaux de contraindre le préfet à procéder au retrait conservatoire des animaux, que nous demandons depuis des années, nous avons fait un recours en cassation.

Nous demandons une nouvelle vie pour les victimes du chasseur

Richard Mandral a déménagé, changé de département. Mais nous n’abandonnerons pas les chiens soumis à ses traitements indignes, et qu’ils subissent depuis des années, maintenus à l’attache dans la boue, enfermés dans des fourgonnettes et si affamés que certains ont pu finir par manger les dépouilles de leurs compagnons qui n’ont pas survécu, comme nous l’avons révélé après nos nombreuses enquêtes sur place. Le responsable de cette situation (connu pour avoir participé à du trafic de chiens revendus aux laboratoires dans les années 1980), déjà condamné en 2021 pour ne pas avoir mis son « chenil » en règle, doit répondre de ses actes.

Le 7 novembre, à 9 heures 30, à la Cour administrative d’appel de Bordeaux, nous demanderons à nouveau que les chiens soient retirés à celui qui les exploite sans pitié. Nous attendons également toujours qu’il soit jugé pour abandons, actes de cruauté et mauvais traitements commis par un exploitant.

Photo : ©One-Voice


One Voice
Site Web | Autres articles

5 commentaires

  • brodehoux

    5 novembre 2023 à 18h37

    il faut retirer les animaux a cet individu et lui interdire d’ encore en posseder

    Répondre

  • brodehoux

    5 novembre 2023 à 18h34

    quelle vie d horreur pour ces pauvres chiens quelle honte pour ce dit “humain”

    Répondre

  • Jacques vuarambon

    3 novembre 2023 à 20h52

    Il pas toujours écouter les associations car il sont là pour mettre la pagaille

    Répondre

  • Bouyer

    3 novembre 2023 à 19h51

    Ces loulous doivent être retirés Immédiatement de ce monstre!!!

    Répondre

  • Chouly

    3 novembre 2023 à 17h51

    On doit retirer ces chiens de chasse a l eleveur
    Maltraitance manifeste

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.