ActualitésAnimaux sauvagesLa vaccination, solution au problème de surpopulation des sangliers ?

Guillaume Prevel16 mars 20224 min

Le jour viendra où les personnes comme moi regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd’hui le meurtre des êtres humains” Léonard De Vinci (1452-1519) Architecte, Artiste, Ingénieur, Peintre, Philosophe, Scientifique et Sculpteur.

Le vaccin baptisé “Gonacon” arrive et il serait efficace d’après les propos de Manel Lopez Béjar, vétérinaire de l’Université Autonome de Barcelone (UAB) qui dirige ce projet pilote en Espagne au sein du département de santé.

Cela fait plusieurs années que le sujet est sur la table et que les progrès de ce qui devait être à l’origine une pilule contraceptive se précisent. L’étude lancée en 2017 se poursuit, avec la phase 2 du projet qui débutera en 2022 et visera, comme l’indique le chercheur : “à confirmer et évaluer si l’utilisation du Gonacon chez les animaux prépubères, entre 3 et 6 mois, conduit à une inhibition définitive de la reproduction”.

Le projet originel de pilules a progressivement cédé la place à un vaccin qui permet de bloquer le cycle d’ovulation des femelles sangliers. Le vaccin serait, d’après le scientifique, tout aussi efficace sur les mâles.

En effet, la production d’une neurohormone, la gonadolibérine aussi appelée LHRH ( Luteinizing Hormone Releasing Hormone) par des neurones de l’hypothalamus et synthétisée par l’hypophyse, permet le développement de l’ovulation chez la femelle et des spermatozoides chez les mâles.

Le vaccin Gonacon agirait directement sur l’hormone et la neutraliserait empêchant le processus de reproduction dès son origine.

Il a été observé que les sangliers perdaient leur désir sexuel et devenaient moins agressifs après l’administration de ce produit, réduisant ainsi la probabilité d’éventuels conflits avec les humains.

Le vaccin est annoncé avec une durée d’efficacité de plusieurs années et permettrait de réguler progressivement, sans tuer une population de sangliers qui augmente sans cesse malgré des tableaux de chasse aux chiffres vertigineux depuis des décennies. Tableaux de chasse qui démontrent l’ampleur du massacre et l’inefficacité des battues pour régler le problème.

Plus de 800 000 sangliers (ou conchongliers) auraient été abattus lors de la saison de chasse 2019/2020, alors que 30 ans plus tôt, environ 100 000 étaient tués en moyenne par saison de chasse.

Les chasseurs à l’origine du problème actuel

Selon certains la prolifération de sangliers a sauvé la chasse. Durant les années 1980 à 2000 les chasseurs ont élevé et relâché des dizaines de milliers de cochongliers ou de sanglochons, dans nos forêts.

Le sanglochon est le résultat d’un croisement d’un sanglier mâle avec une truie, tandis que le cochonglier est le résultat du croisement d’un cochon mâle avec une laie. Le résultat obtenu est quasiment équivalent et les deux termes sont devenus synonymes.

Si la pratique est officiellement interdite, de nombreux élevages clandestins et des lâchers de sangliers sont signalés régulièrement par des naturalistes et autres associations, notamment pour alimenter certaines chasses privées.

L’agrainage qui consiste à nourrir des sangliers en forêt en y déposant du maïs est aussi un problème qui doit être dénoncé.

Si les chasseurs ont une responsabilité incontestable dans le problème actuel, il faut aussi signaler que le développement de grandes cultures, comme le sont par exemple les champs de maïs, fournissent à ces animaux une réserve de nourriture abondante et facilement accessible.

Le changement climatique joue lui aussi un rôle dans cette augmentation des effectifs. Les périodes de froid moins intenses et plus courtes, diminuent la mortalité des jeunes en hiver et s’accompagnent d’une hausse de la fertilité.

Tuer ne doit pas être la solution

Un récent rapport du député Alain Péréa et du sénateur Jean-Noël Cardoux préconise de lancer un “grand plan de régulation du sanglier” visant à faire baisser “drastiquement” les populations de sangliers à un horizon de 4 ou 5 ans.

Le rapport vise à tuer encore plus d’animaux en ciblant particulièrement les femelles adultes en âge de se reproduire. Le député Péréa justifie ces consignes afin “d’éteindre l’incendie”. Incendie qui rappelons-le est volontairement attisé par les pompiers pyromanes du monde cynégétique depuis des années.

Face au problème, le gouvernement français et l’Union européenne doivent favoriser des méthodes non létales comme celles développées en Espagne, afin d’avoir un véritable plan de régulation des populations. Tuer ne peut être et ne doit pas être la solution.

La chasse pose intrinsèquement des problèmes de sécurité dans nos campagnes, comme en témoignent les nombreux accidents et incidents relevés chaque année durant les saisons de chasse. La pollution par le plomb des sols et la violence de cette pratique doivent nous encourager à accélérer le développement de méthodes substitutives à la chasse, dont les chasseurs pourraient devenir les principaux acteurs s’ils acceptaient de troquer leurs armes létales par des fusils hypodermiques afin d’endormir les animaux et leur administrer ce vaccin.

Les récents propos du président des chasseurs Willy SCHRAEN, expliquant “n’en avoir rien à foutre de réguler”, démontrent à ceux qui en doutaient encore, que la régulation n’est absolument pas l’objectif de certains chasseurs et que de ce fait, elle doit être confiée à des personnes qui souhaitent véritablement régler le problème de surpopulation des sangliers sans recourir à des méthodes létales.

Une cagnotte est en ligne pour aider la famille de Mélodie Cauffet

Guillaume Prevel
Guillaume Prevel
Site Web | Autres articles

Conseiller régional Ile-de-France du Parti Animaliste
Correspondant des Hauts de Seine du Parti Animaliste

2 commentaires

  • Marc

    17 mars 2022 à 8h06

    Merci Guillaume Prevel, toujours à la pointe. La chasse est obsolète et toute excuse de régulation est désormais debunked. #LaChasseUnProblemeMortel

  • Costey

    16 mars 2022 à 11h26

    Jamais lu autant de con…ies en un seul article. Aucune source, aucun dossier sur ces fameux cochongliers. Un article à charge d’un fanatique !!

Les commentaires sont fermés.

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.