Numéro 2Animaux & SpectaclesHistorique de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC)

Thierry Hély15 janvier 202142 min

La FLAC est née au lendemain des “Journées Européennes Anticorrida” d’avril 1993 à Béziers. Elle concrétise la volonté des associations de Protection Animale de s’organiser en vue de l’éradication de la sauvagerie sanguinaire de la corrida.

Elle est aussi née du constat que les divers combats contre la violence ne sont pas opposables mais complémentaires. Tout type de violence, que ce soit à l’égard des humains et/ou des animaux, doit être combattu.

La FLAC lutte pour l’éradication de la violence des arènes, sous toutes ses formes :

ces violences ne sont pas inéluctables. Elles ne sont justifiées que par et pour le plaisir d’un petit groupe d’initiés, ce qui les rend encore plus inacceptables.

A ce jour la FLAC rassemble 17 associations fédérant plus de de 250.000 membres.

La FLAC, dans son analyse de fond, estime que l’aspect « Enfants confrontés aux atrocités des corridas » est peut-être le plus scandaleux. En effet, apprendre à ces enfants que l’on peut torturer  à mort certains animaux lors d’un spectacle dépasse l’entendement. Alors que dans le même temps, on leur demande de respecter leurs propres animaux domestiques. Ainsi, on induit, de manière pernicieuse, une forme de ségrégation dans leur esprit en pleine construction affective. C’est dangereux… Ce n’est pas étonnant si le collectif de psychiatres et de psychologues, PROTEC, a déjà recueilli en peu de temps une trentaine de témoignages d’adultes traumatisés, enfants, après avoir assisté à ce « spectacle » barbare. Parmi ces témoignages, celui de Marina Ruiz-Picasso, petite-fille du célèbre peintre, qui n’avait pas hésité à intégrer courageusement le Comité d’Honneur de la FLAC. Forte de ce constat, notre Fédération élabora un manifeste demandant l’interdiction des moins de 16 ans lors de corridas et à terme, leur abolition. Un tournant dans notre démarche : en 2014, le Comité International des Droits de l’Enfant de l’ONU exprime son opposition à la présence et à la participation d’enfants pendant les corridas. Conclusion, à ce jour, de très nombreuses personnalités de tous horizons et particulièrement des politiques, ont signé ce manifeste. Parmi lesquelles : Simone Veil, Elisabeth Badinter, Rama Yade, Yannick Jadot, Hélène Thouy, Raphaël Glucksmann, Hubert Montagner, Jean-Pierre Marguénaud, Laurence Rossignol, Louis Schweitzer, Laurence Parisot, Aurore Bergé, Nicolas Hulot, Samantha Cazebonne, Serge Lama et Barbara Pompili. En ces temps troublés où cette pratique sanglante n’a jamais connu un tel déclin, le manifeste de la FLAC continuera à poursuivre son chemin sans relâche, jusqu’à l’abolition…

4 commentaires

  • andrée parrat

    17 janvier 2021 à 11h11

    Voilà un historique précieux, riche du rappel de la lutte FLAC, conjointe avec les combats d’autres associations dont le point commun est l’abolition, la protection des enfants, le respect du Vivant.
    Pourtant porte paroles de la majorité des français, ces structures semblaient par le passé recueillir bien peu d’échos auprès des décideurs…. élus, magistrature… il advient que ce n’est plus le cas et la corrida est plus que jamais menacée, rejetée.
    Appuyons, soutenons, avec conviction tous ces acteurs inlassables, sur le terrain, dans leurs divers recours et campagnes.
    Site « savoir-animal » à suivre…et transférer ! merci pour « eux »
    la corrida ? basta !

    Répondre

  • audrey

    16 janvier 2021 à 10h51

    Rosy, tout est dit !
    mais ils connaissent fort bien leur addiction et tentent de nous présenter la réalité voilée sous le terme sempiternel de la « tradition »…reconnaissant ainsi implicitement qu’ils en sont restés en de ça de l’évolution.
    et ceux qui savent et laissent faire ? les complices seront éligibles pour ces mêmes pages d’histoire;
    luttons pour le respect du Vivant et la dignité humaine.

    Répondre

  • ROSY GONZALEZ

    15 janvier 2021 à 20h33

    Et oui, Mesdames, Messieurs, tortionnaires animaliers « passionné-e-s par le martyre des herbivores ou aficionados-as » votre vice pour la maltraitance létale des animaux fait l’objet d’un combat loyal et sans merci des défenseurs des animaux. Les abattoirs ont été construits pour tuer d’innocentes victimes, peut être, mais ne font plus place au sadisme jubilatoire, violence éhontée, lâcheté assumée, tortures insupportables. Bientôt le Ciel tombera sur sable et torils, les brassiers de la corrida retourneront aux confins des enfers. Vous ne serez pas oubliés mais rejoindrez les pages des livres d’histoire comme UNE DES HONTES des plus infâmes de l’humanité. ROSY GONZALEZ.

    Répondre

    • Francoise Gardiol

      16 janvier 2021 à 19h22

      Votre commentaire est un écho parfait de mon ressenti je ne peux que vous remercier de l’avoir si parfaitement exprimé ça me fait un bien profond on se sent parfois si désespéré et impuissant devant toute cette souffrance…. MERCI !

      Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.