ActualitésAnimaux sauvagesDoit-on prendre toujours en charge un hérisson vu en journée ? Est-il toujours malade ou en danger ?

Manuel de Aguire5 novembre 20218 min


24 juin 2021 à 22h00. Le téléphone sonne.

Une dame à l’autre bout de la ligne : « Bonsoir. Erinaceus France ? »

Nous: « Oui. Comment pouvons-nous vous aider ? »

Dame : « Je viens de récupérer un gros hérisson dans mon jardin. J’ai lu qu’il faut prendre en charge tout hérisson dehors en journée. Je ne suis pas loin. Je peux passer vous le déposer ? »

Même si cette anecdote peut vous faire sourire, ce type d’appel est assez fréquent.

Dans cet article, nous allons aborder un sujet très sérieux et qui demande une certaine connaissance de l’espèce Erinaceus europaeus et de l’éthique applicable à la faune sauvage.

Chacun sait que le Hérisson est un animal nocturne et crépusculaire mais beaucoup ignorent qu’il est des circonstances au cours desquelles il peut être vu en journée. Il est d’ailleurs très courant de lire sur Internet, chez certaines publications de personnes qui méconnaissent l’espèce, qu’un hérisson dehors en journée est en danger et doit être pris en charge.

Examinons les cas plus fréquents de sortie du hérisson le jour.

– Les juvéniles ;

– Les femelles qui construisent un nid pour mettre bas ;

– Les femelles allaitantes qui se reposent en dehors du nid ou qui prennent un bain de soleil ;

– Les femelles allaitantes qui cherchent de la nourriture pendant que les petits dorment ;

– Un individu qui a été dérangé ;

– Un hérisson accidenté ou malade.

JUVÉNILES : Si vous trouvez un jeune hérisson dehors en journée, il a un problème. Il faut le prendre en charge sans hésitation pour le déposer dans un centre de soins. N’essayez pas de le « sauver » par vous-même. Il a probablement perdu sa mère, il est malade, déshydraté ou il a faim.

#Conseil : Si vous trouvez un juvénile ou une fratrie, contactez le centre de sauvegarde plus proche sans tarder ! Leur survie en dépend.

FEMELLES GESTANTES OU ALLAITANTES : c’est le cas plus courant de sortie du hérisson en journée. Il s’agit d’adultes habituellement en bonne santé. Elles sont dehors pour une période de courte durée et un but précis à la fois. Les prendre en charge sans raison serait condamner la portée.

Plusieurs cas de figure sont possibles :

– elles construisent un nid pour mettre bas ;

– elles se reposent en dehors du nid ;

– elles cherchent de la nourriture car pour nourrir leur portée elles ont besoin de beaucoup plus d’alimentation.

Détaillons ces trois cas.

La vie d’une femelle hérisson n’est pas facile. C’est elle qui s’occupe exclusivement des petits. Elle n’a pas besoin de les éduquer car leur instinct est très fort et ils sont très vite autonomes : ils apprennent seuls à se nourrir et à se protéger de dangers mais les élever est très difficile pour elle.

Construire un nid pour mettre bas ce n’est pas simple. Un nid de reproduction doit être sûr, très spacieux et confortable (voir notre article savoir-animal.fr/nids-et-sites-de-nidification) et ils sont construits souvent peu de temps avant de mettre bas, à la dernière minute.

Les femelles ont besoin de matériaux qui serviront au confort des nouveau-nés (mousse, feuilles, herbe…) et elles n’hésitent pas à sortir en journée pour aller les chercher. Prendre une hérissonne à ce moment-là peut provoquer la perte de ses petits par le stress.

Nous avons déjà rencontré le cas au centre de soins : quand nous avons ouvert la boîte où le découvreur avait installé la femelle, elle avait avorté et dévoré à moitié ses petits. Croyez-nous, cela nous a fait très mal.

Le hérisson a cinq paires de mamelles mais peut rarement allaiter plus de cinq individus à la fois. Le lait de hérissonne est très riche en protéines et en matières grasses, donc, l’alimentation de la mère doit être très riche également. Une production de lait maternel suffisante pour nourrir plus de cinq individus n’est pas courante.

Nourrir les nouveau-nés est si épuisant que souvent les femelles ayant une portée font un break ou prennent des bains de soleil à l’extérieur pour se réchauffer à proximité du nid pendant trente à soixante minutes.

Ceci est connu des scientifiques et naturalistes qui étudient le Hérisson d’Europe :

« Alors que les hérissons se retirent habituellement dans un nid d’été couvert pendant la journée en saison active, ils peuvent occasionnellement (REEVE, 1994) ou même souvent (MORRIS, 1994) se reposer à l’extérieur, près de leur nid ou dans un lieu de végétation abondante, en particulier par temps chaud. (CORBET & HARRIS, 1991 ; MORRIS, 1987 ; MORRIS, 1997) » (source : mon mémoire pour l’obtention du certificat de capacité).

Il convient de rappeler ici que les femelles nourrissent en permanence leurs petits, jour et nuit. Les femelles sortent donc pendant que leurs petits dorment pour se nourrir elles-mêmes et assurer la production du lait maternel comme nous l’avons vu précédemment.

Donc, si vous prenez en charge une femelle gestante qui construit un nid ou une femelle allaitante qui se repose en dehors du nid ou recherche de la nourriture, vous allez très probablement condamner toute la portée…

Un hérisson en bonne santé peut aussi se trouver dehors parce qu’il a été dérangé dans son sommeil par un autre animal ou un humain. Il va essayer de trouver un autre endroit pour se cacher et poursuivre son sommeil.

La place de cet animal n’est pas dans un centre de soins.

Mais si vous trouvez un adulte dehors, blessé ou désorienté, qui n’arrive pas à se mettre en boule ou qui n’essaye pas de s’échapper quand vous vous approchez de lui, il est fort probable qu’il ait besoin d’aide. Il faudra le prendre en charge pour le conduire à un centre de sauvegarde.

Si vous n’êtes pas sûr de vous, appelez un centre de soins (aujourd’hui tout le monde a un smartphone sur soi) pour leur demander conseil. Si possible, contactez le centre plus proche de votre domicile qui récupérera l’animal si nécessaire.

Prendre en charge un animal sauvage qui n’en a pas besoin a de lourdes conséquences. Vous allez perturber sa vie, lui faire prendre des risques inutiles et interférer dans son organisation. L’excès de zèle n’est jamais bon pour la faune sauvage.

Respecter la faune sauvage commence par le moins de dérangement possible. Un animal sauvage n’a pas besoin de nous sauf dans un cas précis : quand il est en détresse ou en danger.

Il est donc très important d’apprendre à identifier les cas où un animal sauvage est vraiment en détresse ou en danger.

C’est le but de cet article : vous aider, et aider les hérissons.

Tout hérisson n’a pas besoin d’être sauvé mais chaque sauvetage doit être approprié.

Pour conclure, prendre un animal sauvage en charge est une énorme responsabilité et, très souvent, vous demande un effort considérable : il faut toujours déposer l’animal dans un centre de sauvegarde qui peut se trouver très loin et il faut savoir à chaque instant ce qu’on fait. Nous devons être responsables et ne pas improviser.

Il ne faut oublier non plus que les animaux sauvages sont soumis à une sélection très forte : les animaux faibles et malades sont très vulnérables et rapidement éliminés dans la nature. Il faut garder à l’esprit qu’à l’exception des juvéniles ramassés ou, par exemple, d’animaux pris au piège (piscine, hangar, etc.), beaucoup d’animaux ne survivront pas ou sont trop malades ou blessés pour retourner dans leur milieu naturel. Dans les cas les plus avancés (animal moribond, cachexie extrême et, plus particulièrement, quand il s’agit d’espèces qui n’accepteraient pas une vie en captivité), une euthanasie d’urgence est sans doute la meilleure option éthique ; celle-ci fait l’unanimité auprès des personnes investies de longue date dans les soins à la faune sauvage, en dépit de la difficulté à la faire admettre parfois par le grand public (Kirkwood et Best, 1998 ; Hall, 2005 ; Cooper et Cooper, 2006 ; Molony et al. 2007).

Vous pouvez soutenir notre centre de sauvegarde en faisant un don depuis la page Banque Solidaire de notre site.

Vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Si vous êtes redevable de l’Impôt sur la fortune immobilière, vous bénéficiez d’une réduction de votre IFI égale à 75 % du montant de votre don, dans la limite de 50 000 euros. Attention, la fraction de don ayant donné lieu à réduction d’IFI, ne peut ouvrir droit, parallèlement, à réduction d’IR. Lorsque le don est éligible aux deux dispositifs, le donateur pourra choisir l’un ou l’autre ou bien décider de ventiler son don.


erinaceus.fr/

facebook.com/ErinaceusFrance/

twitter.com/ErinaceusFrance

Site Web | + posts

Responsable Capacitaire
Président d’Erinaceus France

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.