ActualitésAnimaux domestiquesCondamnation d’une propriétaire de pension animale

La SPA5 avril 20224 min

La propriétaire d’une pension située en Haute-Saône vient d’être jugée coupable de mauvais traitements commis par un professionnel. Elle a été condamnée à six mois d’emprisonnement avec sursis, avec une interdiction de détenir des animaux pendant deux ans et d’exercer un métier en lien avec ces derniers pendant cinq ans. La Société Protectrice des Animaux (SPA) approuve cette condamnation et espère ainsi qu’il n’y aura pas de récidive.

Retour sur cette saisie effroyable

En 2019, la Cellule Anti-Trafic (CAT) de la SPA avait reçu de nombreux signalements de clients de cette pension qui récupéraient leurs animaux dans un piteux état. Elle s’était donc rendue sur place et avait constaté une forte odeur d’excréments. Les boxes étaient séparés par des taules en amiante et les grillages étaient endommagés, risquant de blesser les animaux. Le sol était extrêmement boueux.

En 2020, la situation ne s’était toujours pas améliorée. Les conditions de détention insalubres avaient entrainé la prolifération de rats et, par conséquent, de nombreuses plaintes du voisinage auprès de la Mairie.

Cette pension était suivie par la Direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations (DDETSPP) depuis plusieurs années et avait transmis à la propriétaire de nombreuses mises en demeure qui n’ont jamais été respectées. Les animaux de la propriétaire ne bénéficiaient d’aucun soin et leur état de santé était alarmant.

L’intervention a eu lieu le 19 mai 2021. Etaient présents sur place : les forces de l’ordre, les services vétérinaires, la DDETSPP et une douzaine d’agents de la SPA : la CAT, deux équipes de transféristes, le service juridique Protection Animale et l’équipe d’un refuge.

Il n’en fallait pas moins pour récupérer les 111 animaux : 28 chiens, 18 chats, 23 cochons d’inde, 40 lapins et 2 poules. Malheureusement, 1 chat, 2 lapins, 4 cochons d’inde et 1 poule sont décédés compte tenu de leur état sanitaire déplorable.

Certains chiens étaient détenus dans des locaux extérieurs, remplis d’excréments, avec un grillage toujours autant endommagé tandis que les autres étaient en intérieur, sans eau à disposition, sans lumière naturelle ni aération et où régnait une odeur pestilentielle.

Un agent de la CAT présent témoigne : « Les animaux ont été examinés par un vétérinaire sur place. Les lapins et les cobayes présentaient des bourres de poils dues à l’accumulation de matières fécales, du coryza, des pneumonies et des griffes beaucoup trop longues. La pièce dans laquelle ils étaient détenus était insalubre (toiles d’araignées, impossibilité d’ouvrir complètement les cages en raison du fumier) et ils n’avaient pas d’eau à leur disposition. Un lapin présentait un état si déplorable qu’il a dû être euthanasié en urgence sur place le jour de la saisie par le vétérinaire mandaté par les autorités. »

Elodie, juriste au service Juridique Protection Animale, complète :

« Les chiens présentaient des problèmes de peau, de cataracte ainsi que des problèmes oculaires et dentaires. Certains souffraient d’arthrose, d’autres présentaient de multiples bourres de poils et des gingivites. Près de 4 kg de bourres de poils et d’excréments agglomérés ont même été retirés sur un seul chien ! Celui-ci présentait au moment de son retrait des « sabots » l’empêchant de se mouvoir.

Les chats avaient des problèmes dentaires et n’avaient pas de dentition complète.

Leur état sanitaire était si déplorable que le vétérinaire qui les a auscultés après leur prise en charge a inscrit sur son rapport « du jamais vu en 32 ans de métier » … »

Une ordonnance de cession au profit de la SPA a fort heureusement été rendue le 3 août 2021 et les animaux ont pu retrouver de nouvelles familles après de longs mois de soins par les équipes de la SPA.

L’intervention de la SPA en vidéo :

© la SPA

La SPA
Site Web | Autres articles

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.