Numéro 4Animaux domestiquesComment trouver le professionnel canin qui vous convient ?

Grégory Laurent15 juillet 20215 min

Education et comportement

Dans le milieu de l’éducation canine il y a pléthore de termes pour définir les métiers d’accompagnement de l’humain dans sa relation avec le chien : éducateur, entraineur, comportementaliste, coach, cynologiste, …

Il n’est pas toujours évident, même pour une personne baignant dans ce milieu, de s’y retrouver alors pour un néophyte n’en parlons pas !

Pour s’y retrouver un peu, commençons par expliquer ce qui se cache derrière ces mots.

Un éducateur canin comme son nom l’indique éduque ou rééduque les chiens, les entraine à effectuer des tâches ou des actions spécifiques, leur apprend à ne pas faire certaines choses (l’idéal étant de leur apprendre à faire autre chose à la place). Un comportementaliste canin se concentre sur le modelage des comportements des chiens, analyse les comportements et comprend l’origine d’un problème.

Un éducateur met en place de nouveaux apprentissages chez le chien, il va effectuer un travail direct sur le chien et montrer à l’humain comment poursuivre correctement cet apprentissage. Un comportementaliste canin observe les comportements, explique leur origine et propose des méthodes permettant la modification de ce comportement, il va observer le chien et l’humain, trouver les causes de l’apparition d’un comportement et proposer une méthode pour modifier ce comportement.

Une multitude de choix

Dans la théorie, chacun possède son rôle propre mais en pratique ce n’est pas si simple.  Souvent le professionnel va passer d’une casquette à l’autre et être à la fois celui qui observe et analyse le comportement et celui qui met en place la solution proposée.
Et c’est là que ça se complique parce qu’il n’y a pas de théorie universelle dans le domaine canin, le seul diplôme officiel est le « BP éducateur canin », il y a de nombreuses formations proposées à côté mais aucune n’est « officielle » ce qui explique toutes ces appellations différentes pour un même métier.

Que ce soit dans le cursus « BP éducateur canin » ou dans toutes les autres formations, il y a une partie de savoir (des théories plus ou moins reconnues et validées) et une partie d’interprétation personnelle. C’est pourquoi, encore à l’heure actuelle, on parle plus de vision ou d’approche de l’éducation canine que de réel savoir universel.
Chacun va vous proposer des solutions en accord avec ses principes, son expérience et ses domaines de prédilection. Ainsi certains travailleront plus sur un axe spécifique et mettront en avant les activités, l’environnement, un accompagnement médicamenteux avec l’aide d’un vétérinaire, une approche à base de soins naturels, l’utilisation d’outils spécifiques, un travail avec d’autres congénères canins, la mise en place de règles de vie, ou tant d’autres options …  et parfois un peu de tout ça en même temps.

Une vision personnelle

Pour ma part, ce qui importe c’est la relation humain/chien et c’est ce que je mets en avant dans mon approche. Améliorer la communication interspécifique, donner à l’humain les moyens de mieux comprendre l’individu qui l’accompagne. Connaitre les besoins de son chien et y répondre de la meilleure façon possible. Il est important aussi d’écouter l’humain et son besoin, de se limiter à celui-ci et de ne pas tomber dans le travers de vouloir corriger des problèmes qui n’en sont pas.

Cette vision pourrait être comparée à une thérapie de couple, un conciliateur, un médiateur qui va favoriser une harmonie mais pas un objectif idéal à atteindre. Il n’y a pas plus de chien parfait que d’humain parfait. Cependant je ne rejette pas les autres visions et si nécessaire je n’hésite pas à conseiller des professionnels plus compétents ou plus impliqués que moi dans tel ou tel domaine.

D’où l’intérêt d’avoir un réseau professionnel complémentaire (vétérinaire, éducateurs spécialisés dans une activité particulière, comportementalistes réputé pour une problématique particulière, moniteurs de club canin,  toiletteur, …) qui permettra d’orienter la personne qui vient vous demander service au mieux en fonction de ses attentes.

Pour les personnes qui ont une vision différente de la mienne, je l’accepte dans une certaine mesure (la maltraitance n’est pas de l’éducation, c’est juste de la maltraitance mais toute éducation coercitive n’est pas nécessairement de la maltraitance, il faut savoir nuancer) et je ne cherche pas à leur imposer ma vérité, tout ce que je peux faire c’est entrouvrir une porte et les laisser explorer cette voie s’ils le veulent. Chacun est libre de ses idées.


Quelle est votre vision ?

Venons-en à vous et à cette question : « Comment trouver le professionnel qui vous convient ? »

La réponse est très simple : écoutez-vous et faites-vous confiance !

Est-ce que ce professionnel utilise un vocabulaire qui vous correspond ? Est-ce que sa vision de la relation humain/chien se rapproche de la vôtre ? Est-ce que les éventuelles activités qu’il propose vous conviennent et est-ce que vous prenez plaisir à y participer ? Est-ce que ses explications vous semblent logiques ou au contraire très alambiquées ? Est-ce que vous vous sentez en confiance ou ressentez-vous un jugement sur votre personne ? Arrivez-vous à identifier une progression visible et des étapes bien définies dans cette progression ou bien avez-vous le ressenti d’un objectif compliqué et très lointain à atteindre ?

Aucun éducateur ou comportementaliste ne possède la science infuse, et aucun ne devrait être écouté comme un gourou infaillible, la remise en question est la clé de ce milieu professionnel.

Posez des questions, osez demander une clarification quand un terme ou une méthode ne vous parait pas suffisamment explicite, ne vous mettez pas en position d’élève mais de client avec des attentes définies et une analyse critique de ce qui vous sera proposé.

Combien d’exemples encore aujourd’hui de personnes qui se retrouvent « par obligation » dans un club ou avec un professionnel qui ne leur correspond pas. C’est dommage pour le chien et surtout pour l’humain qui ne sera plus en confiance et n’aura pas forcément le courage de trouver un autre chemin qui lui correspond mieux.

Et vous ? Etes-vous conscient de ce que vous attendez d’un professionnel du milieu canin ? Quel est selon vous la composante principale de votre relation avec votre animal ?

“Quand on veut vivre parmi les hommes, il faut laisser chacun exister et l’accepter avec l’individualité, quelle qu’elle soit, qui lui a été départie.” De Arthur Schopenhauer / Aphorismes sur la sagesse dans la vie

Grégory Laurent
Site Web | Autres articles

Coach en comportement canin pour ApacheDog

Newsletter

Copyright © 2020-2022 Savoir Animal. Tous droits réservés.